Il me restait à vous raconter le mariage religieux. Comme on l’avait prévu, il a eu lieu dans une très belle église au centre de Paris, célébré par le prêtre qui s’était chargé de notre préparation. Les gens qu’on aime étaient auprès de nous et nous ont ensuite rejoints pour la soirée dans le restaurant d’un ami, où un buffet a été servi. La cérémonie a été très belle, malgré l’absence de chorale (qui nous a lâché sous prétexte que « préparer la messe du dimanche leur prenait beaucoup de temps », moui, c’est ça…). On s’est bien amusés à la soirée, la formule du buffet a bien convenu à tout le monde, et quand mon nouveau mari et moi avons été fatigués, on est partis en laissant nos amis s’amuser jusqu’à 2 ou 3 heures du matin. Oui, quand je raconte ça, beaucoup de gens ouvrent de grands yeux, mais ça s’est révélé une bonne solution pour ne pas couper court à la fête, ni se sentir obligés de rester tard alors qu’on n’en avait pas envie. Et le lendemain, ma belle-mère a organisé un déjeuner avec nos familles et ses amis à elles. Très différent, très sympa aussi. Le point commun entre les deux : on a super bien mangé !

Mademoiselle Dentelle m’a demandé quelles seraient les choses que je referais, et quelles seraient celles que je ne referais surtout pas. Avec un peu de recul :

– Je referais : laisser mon chéri créer la playlist de la réception sur Spotify et s’assurer que la sono du restau permet un niveau sonore suffisant. C’était parfait, il a de très bons goûts musicaux et je crois que mon apport aurait très minime sur ce point !

– Je ne referais pas : l’engueuler parce que le matin du mariage la playlist n’était pas faite. cf plus haut, il s’en est très bien sorti et j’aurais dû lui faire confiance.

– Je referais : commander une pyramide de macarons chez Pierre Hermé pour la réception. On en rêvait, on avait peur du prix, finalement ça a été délicieux, spectaculaire (une pyramide d’un mètre de haut…) et pas si cher (un peu moins de 8€ par invité, et il en restait !)

Voilà la bête !

– Je referais : louer une étole en fourrure : elle était belle, douce, et elle m’a tenu bien chaud ! En même temps c’était une semaine avant la première vague de froid de l’hiver, ça aide.

– Je ne referais pas : accepter que ma nouvelle boîte m’envoie en formation en Bretagne pour 2 semaines… la semaine avant et la semaine après le mariage ! Ils ne m’ont même pas payé l’avion pour rentrer. Je vous laisse imaginer mon état d’esprit quand je suis retournée à Orly le lendemain du mariage… 😦

– Je referais : remplacer les dragées par des cyclamens en pot, qui ont servi à la fois de décoration et de cadeau. Et accepter l’aide que m’ont gentiment proposée plusieurs copines et ma mère pour les envelopper chacun de toile de jute et d’un ruban.

– Je referais : notre choix de lectures et de chants pour la messe.

– Je ne referais pas : traverser Paris en voiture un samedi deux semaines avant Noël. On a vraiment failli se mettre en retard !

– Je referais : la soirée détendue avec nos amis et le déjeuner plus sophistiqué avec la famille et les amis des parents. Parfois, quand des groupes de gens ont des attentes différentes, c’est mieux de segmenter les festivités pour que tout le monde soit content.

Hmm, quoi d’autre… Je referais évidemment le choix du mari. Il est parfait ❤

Merci à nos témoins qui nous ont soutenus et aidés. Merci à nos parents. Merci à nos familles, nos amis, au père de C. qui nous a préparés au mariage, et à Dieu qui nous a permis de nous trouver.

Merci aux lecteurs et lectrices de ce blog. Vous êtes cool et j’ai été très heureuse de vous rencontrer ! On tourne une page, je ne vais pas continuer « Comment se marier quand on est con et pleurnichard ». Mais comme j’ai toujours pensé que c’était le marriage qui comptait et pas le wedding, vous pouvez venir voir « Comment vivre marié quand on est con et pleurnichard« . Rythme de billets non garanti, contenu assez différent d’ici.

Sinon, pour ceux arrivés ici en quête d’infos et d’idées sur le mariage, un prochain (dernier) billet à venir contiendra les liens vers mes blogs de mariage préférés. Vous devriez y trouver votre bonheur !

Et en ce 14 mai, une pensée pour Envie de Mai et l’Homme qui danse, qui se marient demain. Beaucoup de bonheur à vous deux !

Publicités

Les gens heureux n’ont pas d’histoire, lit-on dans les contes, et c’est pourquoi lesdits contes s’arrêtent généralement à « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants ». Comment ! Mais on ne sait rien sur la robe de la mariée ! Ni la couleur des centres de table ! Et la méchante demi-soeur a-t-elle réussi à attraper le bouquet ??

Nous nous sommes donc mariés en deux fois, d’abord le mariage civil chez mes parents en Alsace, le 21 novembre, puis le mariage à l’église (le « vrai », dans notre esprit), à Paris le 12 décembre.

Pour le mariage civil, j’ai pris le train le jeudi matin et passé la journée du jeudi avec mes parents. Je crois que ça leur a fait très plaisir de passer ces moments avec moi, tranquilles. Ma meilleure amie et néanmoins témoin est arrivée le jeudi soir. Comme on est gentils, on lui a laissé non seulement le divan du salon, mais aussi mon chien en peluche.

J’ai passé la journée du vendredi avec elle. Nous sommes allées à Strasbourg pour une vraie journée de détente : balade, tartes flambées, tour à la cathédrale, shopping, séance de maquillage — nous vous recommandons les maquillages « Belle de jour » chez Sephora : en 10 minutes et pour 10 euros, selon vos envies, et vous repartez avec la liste des produits utilisés, pour pouvoir les acheter par la suite !

Notre passage à la mairie était fixé le samedi à 16h. Devaient arriver samedi : le marié avec ses parents en voiture, et son témoin en train. Dès le matin du samedi, j’ai senti que ce serait une journée pas comme les autres : à 7 heures du matin, au petit déjeuner, mon père stressait déjà, il faut se dépêcher, on n’a pas le temps, on a plein de choses à faire, disait-il. Résultat, tout le monde était sur le pont aux aurores : nous avons fait le ménage dans la salle à manger, mis la table pour le dîner, cherché le buffet chez le traiteur.

Mon père était excité comme une puce — voire, un petit peu crispant — et c’est ainsi que je me suis retrouvée, pour le calmer, à passer l’aspirateur dans sa voiture de collection, qui devait nous conduire à la mairie, puis à l’apéro, et aussi servir d’arrière-plan pour les photos. En effet, mon père est amateur de voitures anciennes, et il est notamment l’heureux propriétaire d’une Chenard et Walcker de 1929.

un peu comme celle-là, vous voyez ?

Oui, j’ai donc passé l’aspirateur le jour de mon mariage… 🙂

Le témoin de mon mari devait arriver vers 11h30 à la gare. A 11h, il nous appelle : à la suite d’un accident de voyageur, le train a une heure de retard. Bon, c’est ennuyeux, mais on lui gardera le déjeuner au chaud. Midi, nouvel appel : en fait, ce n’est pas un mais deux malheureux qui ont choisi de mettre fin à leurs jours sur la ligne du TGV. Finalement, le train arrivera à 14h. Entretemps, le marié et ses parents sont arrivés et nous avons déjeuné.

La Chenard et Walcker sert surtout à faire joli et à marquer le coup, parce que ni la mairie ni le bar où nous organisons l’apéritif ne sont à plus de 200m de chez mes parents ! Nous avons de la chance, le soleil brille et il fait doux en cette fin de novembre. Cependant les jours commencent à raccourcir et il est décidé de faire les photos avant de passer à la mairie, pour des raisons de luminosité.

S’agissant du mariage civil, nous sommes… en civil ! Mon mari porte son beau costume bleu marine (celui des oraux et des enterrements), avec une chemise blanche et une cravate rouge, et un très élégant manteau gris. J’ai opté pour une jupe jaune, blanche et noire avec des motifs de fleurs stylisées, un haut noir et mon manteau rouge. On est beaux ! Le témoin de mon chéri porte un de ses costumes de boulot, ma témoin est en jean avec une très belle veste. La mère de mon mari n’a pas résisté à la tentation d’arborer un chapeau, elle détonne un peu mais s’en fiche et prend moult photos, cigarette au bec.

La commune de mes parents compte 13 000 habitants, dans un beau coin d’Alsace aux recettes d’impôts locaux confortables. Le centre-ville est donc plutôt joli. Nous nous décidons pour la place de l’église et son lavoir comme décor pour les photos, dont un ami photographe de mon père a accepté de se charger.

Nous nous dirigeons alors vers la mairie, où nous retrouvons le reste des invités, principalement des gens de ma famille et des amis de mes parents. J’ai mentionné que c’était une petite ville ? Je connais bien le maire depuis que je suis petite, c’est une gentille grand-mère qui nous fait un très joli discours, personnel et touchant. La cérémonie est rapide, dans la mesure où nous nous marierons à l’église. Nous écoutons les lois de la République, échangeons nos consentements, je remarque du coin de l’oeil que mon père écrase une larme.

A la fin, le maire nous dit : « Et maintenant, je vais donner le livret de famille au chef de famille ». Mon chéri et moi nous regardons, hésitons un peu, et puis c’est moi qui m’empare du livret, sous les rires de l’assemblée.

Ensuite… Un ami de mon père nous a fait la surprise de venir avec sa propre voiture de collection, une Ford A torpédo, et c’est finalement lui qui nous conduit au bar où nous attend un bon gros apéro alsacien, kouglofs salés et sucrés, bretzels, blanc d’Alsace… et plein d’amis et de gens de ma famille !

Le tout se finit par le dîner chez mes parents, avec juste la famille et nos témoins, autour d’un buffet froid.

Voilà, rien de très spectaculaire mais une très belle journée pour nous. Le lendemain, le témoin de mon mari a repris le train et… a eu deux heures de retard aussi pour le retour !

… con et pleurnichard, vous devez finir par connaître mon gimmick.

Remarque liminaire : vous avez tous mes plus plates excuses pour le silence radio de ces dernières deux semaines. Un bref résumé des événements donnerait : nous nous sommes mariés civilement, j’ai trouvé un job et commencé à travailler, les préparatifs du mariage religieux s’affolent, je suis actuellement en séminaire de formation à Perpette-les-Oies pour deux semaines et je dois prendre l’avion vendredi soir pour rentrer à Paris et me marier. Et puis, donc, mon chéri (fiancé ? mari ? Comme le dit ma belle-mère, nous sommes un peu dans le no man’s time en ce moment, pas encore mariés mais quand même un peu, difficile de savoir quel terme employer…), mon chéri et moi-même, donc, avons enterré notre vie de célibataires.

Nous avons tous les deux la chance d’avoir des amis fabuleux et plutôt nombreux. La preuve, j’ai trois témoins et il en a quatre. Mon amie Julie m’a parlé depuis bien longtemps de l’enterrement de vie de jeune fille qu’elle avait l’intention de m’organiser. Je dois avouer que j’étais réticente au début, le scénario hammam-accrobranches-stripteaseurs me tentant très moyennement… Mon fiancé, quant à lui, a refusé énergiquement l’idée même d’un enterrement de vie de garçon. Mais Julie a de bien meilleures idées que ça…

Elle a aussi un partner in crime, en la personne de l’un des témoins de mon chéri (appelons-le Témoindechéri). C’est au mariage civil qu’ils se sont rencontrés et ont eu l’idée maîtresse pour nos enterrements…

Tout est parti d’une discussion au petit déjeuner, le lendemain de notre passage à la mairie : quels sont les comportements d’homme et quels sont les comportements de femme ? Plus précisément, comment pourrait-on définir une journée d’homme, et une journée de femme ? Le sujet nous a vite inspirés, il a été question de rugby, de bière, d’épilation, de shopping, de poker… Et puis nos témoins ont eu la même idée que Céline, l’Ingliche Titcheur : et si on faisait vivre à Marie une journée d’homme, et à son chéri une journée de femme ?

Un samedi matin de novembre, donc… Mon chéri était parti bosser, quand on frappe à la porte. Naïvement, je vais ouvrir… et me retrouve nez à nez avec des kalachnikovs brandies par de grands individus cagoulés. J’ai poussé un hurlement qui a dû réveiller tous les voisins. Ils se sont rués dans l’appartement en criant eux aussi et en me braquant avec leurs armes. Quand ils ont ôté leurs cagoules, j’ai reconnu trois de nos témoins… Les kalachnikovs étaient super bien imitées.

Et après eux, est entré mon chéri. J’ai d’abord cru qu’il était de mèche, mais non : ils l’avaient cueilli dans le hall de l’immeuble quand il était sorti ! Le programme de la journée, tel que conçu par les témoins, était de nous enlever chacun de notre côté, puis :

– le matin, les témoins de mon fiancé me faisaient vivre une journée typique de mec : un gros steak et une pinte de Guiness en guise de petit dej, suivi d’un entraînement de rugby et d’un visionnage de Rocky 4

– pendant ce temps, mes témoins faisaient vivre à mon fiancé une journée typique de fille : Love Actually, vaisselle, perruque blonde, épilation, jus de concombre (bio, n’est-ce pas Marine ?) en guise de déjeuner

– et l’après-midi, échange des prisonniers (et des activités, donc) : trucs de filles avec mes copines (et moult chocolat) pour moi, trucs de mecs avec ses copains (et moult cigarettes) pour lui.

Sauf que voilà, mon fiancé a son caractère. Quand Julie s’est approchée de lui avec la perruque blonde et le boa en plumes roses, il a refusé tout net. Nos amis le connaissent quand même un peu, et ils ont vite compris que s’il n’avait pas donné son accord pour cet « enterrement » et qu’il refusait en faisant cette tête-là, il valait mieux laisser tomber, parce qu’avec lui non c’est non. Du coup… exécution du plan B.

Nous avons décidé d’aller petit-déjeuner tous ensemble. Nos témoins étaient toujours chargés de tout le matériel (déguisements notamment) prévu pour le plan initial, et voilà qu’en passant devant un bar, nous voyons une petite annonce : « Cherchons serveuse, se présenter avec CV et photo ». Témoindechéri a regardé l’annonce, le sac de déguisements, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire il a décidé de passer cet entretien d’embauche. Petit passage à l’appartment pour se changer, et voilà que nous avons fait la connaissance d’Ursula…

Alors voilà, je vais vous la présenter parce qu’elle est un peu timide… Ursula est étrangère, elle apprend notre belle langue. Elle travaille la nuit, mais ça ne l’empêche pas de vouloir se faire plein d’amis dans son nouveau pays… Vous pourrez la trouver le soir, dans l’ouest parisien, elle aime bien se balader au milieu des arbres pour regarder les étoiles…

Quand nous sommes arrivés au café où nous avions l’intention de petit-déjeuner, on nous a accueilli en disant « Désolés, on ne sert pas d’alcool avant dix heures »…

L’après-midi, les hommes sont en effet allés regarder Rocky 4 en fumant des cigares et en buvant de la bière, pendant que nous allions manger une fondue au chocolat !

Alliance

21 novembre 2009

L’autre soir, alors que nous refaisions le monde avec un ami autour d’une pizza, mon fiancé a dit : « Souvent, je touche mon annulaire, et il me manque quelque chose, j’aimerais porter déjà mon alliance. Qu’est-ce je suis impatient ». A ce moment-là, je me suis rendue compte que, inconsciemment, moi aussi je touchais souvent mon annulaire, comme à la recherche de l’alliance…

Ceci est un article programmé. A l’heure où vous le lirez, mon fiancé et moi serons devant le maire, en compagnie de membres de nos familles, d’amis, et de plein de connaissances de mes parents qui ont décidé de se joindre à nous pour cette petite cérémonie civile. Mon père nous conduira en voiture, le maire nous lira les articles du Code civil, et nous demandera si vraiment, tout compte fait, mon fiancé veut épouser une blonde alsacienne, catholique, obsédée par l’orthographe, et si vraiment, tout compte fait, je veux épouser un entrepreneur beau, brillant, catholique, et encore plus obsédé par l’orthographe que moi. Je crois que nous dirons oui.

Non, ce ne sont pas les nôtres, mais elles y ressemblent un peu... Photo : matthewgriff, Flickr

Galerie de portraits

20 novembre 2009

Ce qui est bien, quand on organise un mariage, c’est qu’on rencontre pour cela de nombreux professionnels, qu’on n’aurait pas forcément l’occasion de connaître autrement. Il faut l’avouer, beaucoup sont hauts en couleurs. Tels que…

La couturière : la vendeuse de la robe de mariée m’avait prévenue. J’entre dans la boutique de retouches, et j’y trouve deux femmes qui n’interrompent pas leur conversation quand j’arrive. Deux minutes plus tard, l’une d’elle, blonde, mâchant un chewing-gum, se tourne vers moi et me demande ce qui m’amène. Je lui explique la retouche à faire et essaie la robe. Aïe, ça plisse au niveau de la taille. Je devrais mincir ou faire retoucher aussi la taille. C’est aussi ce qu’elle pense, et elle ne manque pas de me le dire, toujours avec son chewing-gum en bouche. Et ça, c’est quoi ? Euh, ça ce sont les manches de la robe, elles sont amovibles, je ne vais pas les porter. Ah pourquoi, elles sont belles pourtant. Ma mère renchérit. Non mais sérieusement, elles ne me plaisent pas. Bon, elle pose les épingles.

Je rate mon rendez-vous pour venir rechercher la robe et arrive quelques jours plus tard. Je me suis pas inquiétée, me dit-elle, c’est vous qui vous mariez, je me disais que vous alliez pas tarder à revenir. Elle a toujours un chewing-gum, pas le même j’espère. Comment, le fiancé a vu la robe ! J’essaie la robe. Les plis ont disparu, youpi, j’ai minci, et la retouche est parfaite. Oui, la vendeuse m’avait prévenue, elle a son caractère mais elle bosse super bien.

Le fourreur : Les fourrures ne se conservent pas n’importe comment, il y a des conditions de température et d’humidité bien précises à respecter. C’est particulièrement important pour cet homme rond, avec ses petites lunettes, parce qu’il s’est spécialisé dans la garde de fourrures pendant l’été. L’ambiance est donc assez particulière dans sa boutique, beaucoup d’air qu’on sent circuler grâce à de nombreux dispositifs de ventilation. On pourrait se croire dans l’espace réservé aux oeuvres fragiles, dans un musée, ne serait-ce l’épaisse moquette. Le fourreur est très posé, il ne rit pas à mes blagues, je le trouve assez intimidant. Ou alors, c’est mon propre inconfort à entrer pour la première fois chez un fourreur, ma crainte d’abîmer les trucs tout doux et hors de prix que j’essaie.

Le général : Je ne l’ai pas encore rencontré, mais il l’air d’un sacré personnage. C’est le père d’une amie qui sera présente au mariage, et ma belle-mère le connaît bien. Grâce à lui, ma belle-mère a pu réserver une belle salle qui appartient à l’armée pour le déjeuner du lendemain. Le général est spécialiste de physique nucléaire, mais à part ça, son dada dans la vie, c’est la couture, il coud des vêtements très chouettes à sa fille…

La responsable des réceptions dans ladite salle de l’armée : C’est la mère de mon fiancé qui s’occupe du déjeuner, je l’ai accompagnée la semaine dernière pour voir les menus. Nous expliquons à cette petite jeune femme qu’il nous faudra des repas casher. Ah, vous comprenez, pour des raisons d’hygiène on ne peut pas faire venir de nourriture de l’extérieur, il faut que notre cuisinier fasse tout. OK, il a une cuisine casher ? Bah non. Mais comment font les gens qui mangent casher chez vous, d’habitude ? Réponse embarrassée. Ma belle-mère : donc depuis l’affaire Dreyfus, il n’y a plus de juifs dans l’armée française ? La responsable finit par lâcher que en effet, ils ont des accords avec deux traiteurs casher, mais c’est pas très classe d’apporter des plateaux dans du cellophane. Euh oui, mais c’est encore moins classe si certains invités ne peuvent pas manger, non ?

Le coiffeur : ou plutôt les coiffeurs. Ils travaillent dans le même espace, mais indépendamment, chacun a son propre tarif, ses propres clients, ses spécialités. Cela ne les empêche pas d’adopter un look assorti, pantalon noir à pinces et chemise blanche. Ils sont unanimes pour dire que j’ai de très beaux cheveux. C’est bon pour l’ego, ça !

La coloriste me raconte des histoires de mariées, celle d’une de ses clientes qui est tombée sur une couturière folle, celle d’une future mariée obèse qui tenait absolument à sa robe avec des fleurs en relief au niveau du ventre. Ils connaissent tous bien mon fiancé et sa mère. L’un des coiffeurs est spécialisé en coiffures de mariées, il note mon rendez-vous au nom de ma future belle-mère, « comme ça je me souviens ». Il a une crinière blanche très soignée, des gestes fins et précis. Pour vous, me dit-il, je vois très bien une coiffure comme ça… attendez, je vais faire une simulation, vous voyez, un noeud ici, comme une queue de cheval, qui en rejoint une autre comme ça, voilà, en crêpant un peu plus les cheveux… Ma robe comporte du ruban blanc, on pourrait en utiliser pour la coiffure, mais le ruban des manches ne suffit pas, il en faut un morceau plus long. Nous prenons rendez-vous mardi et il m’indique une mercerie dans le quartier.

Le type de la mercerie, donc : Il officie dans une toute petite boutique, ancienne, avec des étagères en bois encombrées et des tiroirs partout. Petite quarantaine, emmitouflé dans un gros blouson assez incongru dans ce quartier chic, surtout à l’intérieur. En dehors de la mercerie, la boutique vend aussi de la passementerie. Je m’extasie sur le choix impressionnant de galons, il m’explique que c’était la grande mode ces dernières années, pour les tentures murales, qu’il en vendait par vingt mètres d’un coup, maintenant c’est un peu passé. La passementerie me fait irrésistiblement penser à mon père, tapissier, cette mercerie est plus fournie que lui en la matière ! Votre père est tapissier où, me demande-t-il ? Eh non, pas vraiment dans le quartier, en Alsace !

Avancée des préparatifs

16 novembre 2009

C’est dans moins d’un mois maintenant. Nous serons mariés civilement dans cinq jours, à l’église dans un peu moins de 4 semaines… Du coup, les préparatifs s’accélèrent un peu.

Nous avons décidé du dessert pour le mariage religieux. Ce sera une pyramide de macarons. Il nous reste à choisir les parfums et à commander la bête — rien d’urgent, le pâtissier demande seulement 72h de délai.

Nous avons décidé des chants pour la cérémonie. Je vais me remettre en contact avec la chorale qui avait donné son accord de principe, a priori ils connaissent tous les chants.

Les alliances sont prêtes.

Je ne sais pas encore comment je vais me coiffer. J’appelle le coiffeur demain.

Je suis allée choisir mon bouquet avec la mère de mon fiancé. Elle le raconte sur son propre blog, nous sommes allées chez Trousselier, spécialiste des fleurs en soie. J’ai choisi la forme du bouquet, les fleurs, et j’y retourne la semaine prochaine pour admirer le bouquet qu’ils auront fait avec, et le cas échéant faire des modifications.

Alors que je venais de décider de ma tenue pour le mariage civil (une jupe jaune et un chemisier pas vraiment récents, mais que j’aime bien, qui sont joyeux et colorés), ma mère trouve que je devrais m’acheter une robe neuve. Mieux, elle veut m’offrir une robe neuve. La plupart d’entre vous ne la connaissent pas, mais je sais déjà qu’elle ne lâchera pas l’affaire avant que j’aie au moins passé du temps dans les boutiques à essayer des fringues. Je la trouvais très bien moi, ma jupe jaune, et en cette saison, allez trouver une belle robe colorée… Tout ça n’est pas très utile à mon avis. Mais ça part d’une intention très gentille, merci maman…

Mon père, quant à lui, a demandé à un de ses amis qui est photographe de prendre des photos de nous au mariage civil — qui, je le rappelle, devait être pour nous un truc purement administratif, sans fête particulière, on signe un papier et on va déjeuner ensemble. On n’a même pas de photographe professionnel au vrai mariage, c’est le monde à l’envers cette histoire… Comme nous irons à la mairie en fin d’après-midi, le photographe préférerait faire les photos avant. « Mais je sais pas trop quand », dit mon père, « je lui ai demandé tard, donc il faudra qu’on se cale sur son horaire. Donc entre le déjeuner et la mairie, il ne faudra pas que tu ailles en ville… » Aller en ville ? Une heure avant le mariage ? Euh, non papa, ça ne m’avait pas effleurée.

 

Vous sentez un peu de lassitude ? Oui, c’est le cas.

Questions récurrentes

26 octobre 2009

Ou : « Les questions connes, le retour ».

C’est la rentrée. Vous me direz, on est fin octobre, la rentrée tire sur sa fin quand même. Oui mais la rentrée étudiante c’est un peu plus tard, et mes amis sont encore dans une dynamique « rentrée » somme toute bien agréable. Donc après un mois d’août passé à Paris en attendant que le téléphone sonne, voilà que mon fiancé et moi sommes, depuis quelques semaines, invités assez souvent. Tout ça a d’ailleurs commencé en fanfare avec mon anniversaire surprise : merci chéri !

Et une chose très sympa avec la rentrée, c’est qu’on y découvre les nouveaux de la classe. Je ne sais pas vous, mais moi quand j’étais petite les nouveaux m’intriguaient beaucoup et j’allais toujours leur parler. Or, avec la rentrée les têtes se renouvellent un peu dans les soirées entre amis.

Dans mon expérience, il y a deux sujets de conversation faciles avec des gens qu’on ne connaît pas :

1. « Et alors, comment tu connais [notre hôte] ? »

2. « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »

Je ne sais pas pourquoi les gens que je rencontre ont toujours tendance à choisir la proposition 2. Je leur réponds généralement une variante de « je cherche un job » avec un sourire poli qui invite à parler d’autre chose. Mais comme l’hôte a généralement pris soin de préciser quelles études j’avais faites, j’ai invariablement droit ensuite à « Tu es diplômée de [école connue] et tu cherches un job, mais comment ça se fait ? »

Sérieusement, les gens. Je suis bien élevée, mais tout ce que j’ai envie de répondre à cette question-là, c’est : GRRRRRR.

Alternativement, la conversation se porte sur le mariage. Quand mon fiancé et moi nous présentons à de nouvelles personnes, nous avons droit à une deuxième salve de remarques et questions (celles des amis se sont tassées, ça fait un an qu’ils savent que nous allons nous marier).

Cela donne :

– « Vous allez vous marier ? Mais ça fait combien de temps que vous vous connaissez ? QUOI ? »

– « Ah, je comprends, si vous vous mariez si jeunes c’est parce que vous êtes cathos. Pas avant le mariage, tout ça, et vous n’en pouvez plus d’attendre ! »

– « Pourquoi vous vous mariez en hiver ? C’est bizarre. »

– « Pourquoi vous vous mariez à Paris ? Tu viens d’où en fait ? L’Alsace ? Oh, mais c’est super beau l’Alsace, vous devriez vous marier là-bas ! »

Cela étant, il y a aussi des questions sympa. En particulier, les filles sont toujours très intéressées par la robe. Et les vrais amis ne sont pas en reste. On m’a raconté que l’une d’elle (oui, toi !) aurait dit :

– « Je ne sais pas encore trop ce que je porterai, mais il faut que ce soit une robe un peu ample, pour pouvoir danser le rock. » [NdlMariée : non. Ceci est un mariage, pas un rallye dans le 16e. Mais bon, venant de toi, je veux bien admettre !]

Mais la mieux, celle qui est vraiment à encadrer, c’est celle-ci, posée à la mère de mon fiancé, qui donne des cours de catéchisme,  par une collègue catéchiste :

– « Aaaaaaah votre fils se marie ! Les miens ont entre vingt-cinq et trente ans et ils ne sont toujours pas mariés… Il a rencontré sa fiancée à la paroisse ? »

Doudou !

25 octobre 2009

En ce moment, je passe tout le temps devant des vitrines Baby Dior. C’est marrant, Baby Dior, c’est typiquement le genre de produits que je trouvais complètement débiles avant, et depuis quelque temps je fantasme sur les toutes petites robes, les tous petits pulls, les tous petits chaussons, et surtout sur le gros nounours blanc qui squatte toutes les vitrines Baby Dior.

Lui, là

Lui, là

Vous ne trouvez pas qu’il est mignon ? Il a l’air tout doux en plus. Je dis il a l’air, parce que dans les boutiques de luxe, chaque fois que j’essaie de faire un câlin à une peluche mignonne, une vendeuse furibarde vient trottiner vers moi et me demander si elle peut me renseigner, madââââme.

Bref. J’adore les peluches, et ça énerve mon fiancé. Et pourtant, sa mère vient de m’en offrir une énorme et toute douce pour le mariage.

Non, pas le gros nounours sus-cité (snif).

Une étole en fourrure blanche. Vison blanc bordé de renard, pour les connaisseuses. Louée, hein, soyons clairs.

La mère de mon fiancé connaît en effet un fourreur qui loue ce genre de chose à la journée. L’idée était de trouver quelque chose qui me tienne chaud par-dessus ma robe bustier. Si en plus je peux ressembler à la princesse Anastasia, c’est tout bénef. J’avais apporté un échantillon du tissu de ma robe, et la première étole que j’ai essayée était la bonne.

ça y est, mon doudou est réservé pour la date du mariage. Pas très cher en plus, je vous le recommande pour un mariage d’hiver. D’autant plus que c’est le genre de pièce que je n’ai aucune chance de porter après le mariage, donc mieux vaut louer…

La robe de princesse

15 octobre 2009

Laquelle d’entre nous n’a pas rêvé, petite fille, d’une vraie robe de princesse, un peu comme celles de Barbie, avec une jupe qui tourne, des petits noeuds partout, des jolies chaussures… si en plus ça peut s’assortir d’une jolie coiffure et d’un bouquet à tenir et que plein de gens vous disent que vous êtes belle et vous prennent en photo, ça doit être le bonheur ! Ce qui me faisait complètement craquer personnellement, c’était les jupes qui tournaient.

Bah ça y est, je peux combler la petite fille qui est en moi : j’ai trouvé une de ces robes de rêve que j’imaginais petite. Mieux, nous en avons trouvé le patron… en taille 4 ans.

(Allez, dites-moi que vous avez vraiment cru que je parlais de ma robe de mariée !) Ma petite demoiselle d’honneur aura donc une très jolie robe, pour laquelle je suis allée hier en expédition avec ma future belle-mère au marché Saint-Pierre. Nous avons commencé par chercher des patrons, puis les divers tissus nécessaires (en l’occurrence : taffetas bleu à carreaux écossais, velours bleu, doublure et un peu de tulle), le fil, la fermeture éclair. Le petit garçon d’honneur aura droit, lui, à un gilet dans le même taffetas que la robe de sa soeur. En fait, cela le rend plus habillé que le marié, qui m’a dit qu’il ne porterait pas de gilet. 😉

Ce qui est très amusant à regarder dans ce genre de marché, ce sont les autres clientes (je n’ai vu que des femmes). Il y a là des jeunes femmes avec un style très pointu, qu’on a juste envie d’embaucher comme styliste personnelle, des femmes qui ont des difficultés à trouver leur taille en prêt-à-porter, et même quelques dames patronnesses tout droit sorties d’une paroisse versaillaise.

Prochaine étape : la confection de ladite robe ! Non, non, ce ne sera pas moi qui le ferai ! Attendez, déjà que je sais un peu cuisiner, ne me demandez quand même pas de coudre aussi ! Cela fait partie, en revanche, des (nombreux) talents de ma future belle-mère.

Quant à ma mère, et pour rester dans le sujet des vêtements, elle vient de m’annoncer qu’elle avait trouvé sa tenue pour le mariage : un tailleur vert amande. Je pense que c’est un excellent choix, qui lui ira très bien.

Vous verriez quoi comme tenue pour les enfants d’honneur et les mères des mariés, vous ? Et pour les témoins ? (je précise qu’aucun d’entre eux n’a de chances de se laisser influencer, mais dans l’intérêt de la spéculation…)

Neuf-neuf

10 septembre 2009

Je me souviens bien du 9 septembre 1999. Il y a eu de très nombreux mariages ce jour-là, les gens trouvaient ça rigolo de s’unir le 9/9/99. Un couple de ma famille s’est d’ailleurs marié ce jour-là. Hier c’était le 9/9/9 et en passant devant un bar, j’ai croisé des ballons en forme de coeur et une dame en tailleur bordeaux brillant et chapeau-Ascot. Vous savez, le genre de chapeaux qu’on met uniquement à deux occasions : les courses hippiques et les mariages cathos.

Mais il n’y a pas que les mariages dans la vie. Le 9 septembre c’est mon anniversaire : j’ai eu 23 ans hier.

J’adore les surprises, contrairement à mon fiancé qui déteste ça (c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi ma robe de mariée avec lui). Et comme c’est un chéri parfait, il m’a organisé une fête surprise parfaite ! Samedi, il me propose de prendre l’air, d’aller nous balader près de la BNF. J’aime bien ce quartier, et en plus à la BNF il y a le MK2, j’accepte volontiers. C’est le début de l’après-midi, on prend des rues un peu au hasard, et puis il s’arrête devant la vitrine d’un café-restau. Intriguée, je regarde l’enseigne et reconnais le restau de notre ami Franck, qui vient d’ouvrir et où nous nous étions promis d’aller déjeuner un jour.

Chouette, on va dire bonjour à Franck ! Quelle bonne idée ! Je le vois en entrant, m’avance pour lui faire la bise, et là…

– Surprise ! crient en choeur les quinze amis qui s’étaient planqués derrière des plantes vertes.

Après ça… on a bien mangé (des plateaux de toutes sortes de petits fours, du saumon fumé, des brochettes de poisson, puis des salades de fruits et des mousses au chocolat), bien bu (des kirs, des jus de fruits, des cafés, des vodka-orange et j’en passe), beaucoup discuté de cette rentrée et de nos projets à tous, et on a fini par un poker. Je les ai plumés, évidemment. Sauf qu’on jouait des cure-dents.

J’ai même eu des cadeaux : un roman, un petit bouquin de « conseils avisés pour temps de crise » très drôle, une préparation pour fondue au chocolat, et… mon fiancé, en allumant la dernière cigarette de son paquet, m’a dit « J’ai un cadeau d’anniversaire pour toi. C’est la dernière. J’arrête de fumer ».

Merci à vous tous.

(Bon, en fait il y a quand même un rapport avec le mariage. Il est assez possible que nous organisions la réception du mariage là. L’endroit nous plaît, les propriétaires sont sympas, on y mange super bien, et la salle contiendrait nos invités. Et puis c’est vrai, le lieu ne fait pas trop « mariage », c’est très éloigné du château en Normandie prout-prout… et ça, ça me plaît beaucoup ! Esprit de contradiction, je disais !)