Je n’ai toujours pas compris par quel processus des filles charmantes, sympa, normales, équilibrées, pouvaient se transformer par la grâce d’un mariage à préparer en monstres arrachant tout sur leur passage. Je suppose que l’obsession du détail parfait doit les ronger la nuit, ou qu’elles libèrent une hormone particulière ?

Celle-ci est bien gratinée en tout cas :

Question subsidiaire, pourquoi le français ne possède-t-il pas la même distinction que l’anglais entre wedding (la cérémonie du mariage) et marriage (la vie maritale) ?

Dans les films américains, on reconnaît la future mariée à son obsession du jour J, ses caprices incessants, et souvent, il faut bien le dire, au fait qu’elle soit complètement hystérique. Bridezilla

Mais les futures mariées sont-elles toutes dans ce cas ? Et, plus important pour nous tous qui voulons nous prémunir de la bridezilla, l’hystérie est-elle un bon indicateur qu’on a affaire à une future mariée ?

Imaginons que, statistiquement, la probabilité d’être hystérique pour une femme qui n’est pas une future mariée est de 5%. Inversement, la probabilité pour une future mariée de ne pas être hystérique est de 10% seulement (la belle-mère, le gâteau, le plan de table, il y a de quoi rendre folle !). Vous rencontrez une femme complètement hystérique. Quelle est la probabilité qu’il s’agisse d’une future mariée ?

(Je vous laisse chercher un peu, réponse lundi !)