Mon témoin

28 février 2009

C’est une des scènes clefs des comédies romantiques : la mariée annonce à sa meilleure amie qu’elle veut qu’elle soit son témoin à son mariage — ou alors c’est le marié et son meilleur ami ; pourquoi les mariés dans les films ont-ils si rarement des témoins de sexe opposé ?

Moi je me souviens du jour où j’ai annoncé à ma meilleure amie que mon chéri et moi allions nous marier. C’est la première personne à qui je l’ai dit, un soir où elle m’avait invitée à dîner. Le temps de reprendre notre souffle après les 7 étages d’escalier (et je dois avouer qu’elle gère ça mieux que moi), et de s’installer devant une dînette de charcuterie, formage et vin, je lui ai dit qu’il m’avait demandé de l’épouser.

J’ai pensé tout de suite à elle pour être mon témoin. Elle a toutes les qualités du témoin idéal : elle est toujours là pour moi quand j’ai un coup de blues, elle a été la meilleure co-douche du monde, elle me traîne chez Tati pour essayer des robes, elle me rapporte une jarretière de Victoria’s Secrets aux USA. Et, même si elle tient à m’organiser un enterrement de vie de jeune fille, elle est la seule personne à qui je fasse confiance pour organiser quelque chose de vraiment sympa et amusant, qui ne ressemble pas à un bizutage d’étudiants en médecine…

Pour tout ça, merci Julie.

Publicités