Pas moins de 10 000€

1 septembre 2009

Ce week-end, j’ai vu Z, une de mes meilleures amies, qui est aussi un de mes témoins. Mes témoins gagnent à être connues, je ferai un article sur elles un  jour. Z, donc, est une langue de pute vipère à ses heures, et moi aussi. Pour peu qu’on trouve la bonne victime, on est redoutables. Et hier, la victime s’est présentée sur un plateau en argent.

B est une connaissance, que Z voit de temps en temps parce qu’elles ont un groupe d’amis communs. Son grand problème dans la vie est de ne pas avoir de mec. Donc elle jalouse un peu ses copines qui en ont un (surtout quand il est polytechnicien) et fait des plans sur la comète. C’est ainsi qu’un jour, elle s’est écriée :

– De toute façon, si on me demande en mariage et que la bague vaut moins de 10 000€, je dis non !

Photo : Rubyran

Photo : Rubyran

Je ne sais même pas où commencer quant à cette phrase débile. Je précise que l’intéressée a 24 ans…

Voyons… 10 000 ? Pourquoi pas 100 000 ? Tu veux épouser un trader ? Un émir de Dubaï ? Tu juges les gens à leur fortune la fortune de leurs parents ? Tu es au courant que 10 000€ ça fait presque un an de SMIC, et qu’on achète des voitures très bien à ce tarif-là ? Mais quelle éducation tu as reçue au juste, petite conne ?

Je n’ai toujours pas compris par quel processus des filles charmantes, sympa, normales, équilibrées, pouvaient se transformer par la grâce d’un mariage à préparer en monstres arrachant tout sur leur passage. Je suppose que l’obsession du détail parfait doit les ronger la nuit, ou qu’elles libèrent une hormone particulière ?

Celle-ci est bien gratinée en tout cas :

Question subsidiaire, pourquoi le français ne possède-t-il pas la même distinction que l’anglais entre wedding (la cérémonie du mariage) et marriage (la vie maritale) ?

« Gâteau tombé »

23 mars 2009

Recherche Google bizarre (et marrante) qui m’a rappelé une histoire arrivée en famille quand j’étais petite : la Fameuse Histoire du Brochet le Dimanche de Pâques ! Le lien avec le mariage est franchement léger, mais bon… je vous raconte ?

Quand j’étais petite, on avait un certain nombre de traditions familiales, et parmi elles, celle de passer le week-end de Pâques avec les cousins de mon père : deux frères, deux soeurs et leur famille respective, qui vivaient tous dans un rayon de 50 km autour de Châteauroux. Nous, nous vivions à Mulhouse, d’où à chaque fois périple sur nationale (puisque les autoroutes en France, c’est comme les trains, réseau en étoile autour de Paris) et bonne bouffe à tous les étages.

Toujours est-il que cette année-là, à Pâques, Jeannot le cousin de mon père a décidé de déroger au pâté de Pâques traditionnel, et de commander à la place un gros brochet farci à son traiteur. Vu la taille de la bête, il demande à mon père de venir l’aider à le chercher chez le traiteur, et ils partent tous les deux dans la CX (ou l’XM, je sais plus).

Arrivée chez le traiteur, le brochet est magnifique et plus gros encore qu’ils ne l’imaginaient, voilà un déjeuner familial exceptionnel qui se profile. Ils se mettent à deux pour le porter. Or en ce temps-là, l’ouverture des portes de voiture à distance n’existait pas, Jeannot et Papa posent donc le plat sur le toit de la voiture pour ouvrir la portière… et là, c’est le drame.

Le plat glisse, tombe dans le caniveau, du côté du brochet bien évidemment. Merde. Papa et Jeannot se regardent, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Hmm, fais voir ça, c’est pas si méchant, le brochet est resté entier…  si on enlève les cailloux ça devrait passer, ils ne s’apercevront de rien…

C’est comme ça qu’on s’est retouvés à manger un beau brochet bien rafistolé, et un peu croustillant aussi…

Donc si la personne qui cherchait « gâteau tombé » a le même problème, elle peut essayer la même technique… (la maison décline toute responsabilité). Et quant à Jeannot, je pense qu’il se marre bien là-haut en repensant à cette histoire…

Re-bonjour…

18 octobre 2008

Comme vous avez sûrement pu le constater, je n’ai pas écrit sur ce blog depuis une dizaine de jours. Ce n’est ni pas par paresse, ni par manque de temps, mais les derniers jours ont été difficiles pour moi.

Ma grand-mère est décédée le 10 octobre. Je pense que la plupart d’entre vous ne la connaissaient pas, mais nous étions très proches toutes les deux. Elle me manque énormément. Je me réjouissais de sa présence à notre mariage, ça aurait été un long voyage pour elle (elle habitait à 500 km) mais elle aurait été heureuse d’y assister. Elle-même s’était mariée il y a 60 ans, à l’époque où, même pour les mariages au printemps, les robes comportaient généralement des manches longues. Et un grand voile. Elle a retrouvé là-haut son mari, décédé comme elle un 10 octobre, il y a 34 ans. Elle ne voudrait pas que je sois triste…

Je pense aller au salon du mariage au Carrousel du Louvre demain, il y aura sûrement plein de choses qui mériteront d’être racontées ici ; et la semaine suivante, rendez-vous pour le salon du chocolat…

Bonjour les amis !

10 septembre 2008

Comme nous vous l’avons annoncé, nous avons décidé de nous marier. Si ça vous amuse, je vous invite à découvrir ce blog, dont j’ai eu l’idée en procrastinant mon rapport de stage — qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour ne pas bosser… Il vous est destiné en priorité, donc faites comme chez vous !

(lâche tes coms, kikoo, lol, diraient certains).

L’idée de ce blog m’est venue quand mon fiancé et moi avons commencé à consulter des sites internet dévolus au mariage. On a beaucoup ri sur le premier site qu’on a vu, un peu moins sur le suivant, et plus du tout quand on a constaté que les concepteurs des sites mariages prennent les fiancés :

– soit pour des cons — avalanche de lieux communs et de traditions ridicules tout droit sortis de séries américaines, ou de mariages à beaufland, on ne sait pas trop

– soit pour des analphabètes, au vu de l’orthographe et de la grammaire qu’on y a souvent trouvés

– soit pour des pigeons, puisque le contenu se résume généralement à du publi-rédactionnel, avec liens vers les sites de divers prestataires de services

– ou alors un peu de tout ça…

Dans ces conditions, je suis probablement tout aussi qualifiée que ces « experts » pour donner conseils et renseignements sur le mariage ! Le présent blog se destine, a priori : d’une part à nos amis, s’ils ont envie de suivre nos aventures dans le monde merveilleux du mariage ; d’autre part, je l’espère, à des fiancés inconnus, tout aussi atterrés que nous par le discours habituel sur le mariage, et qui cherchent un point de vue un peu différent.

Je sais bien que tout nouveau média, et notamment tout blog, revendique la différence et l’authenticité — il faut bien attirer le chaland — mais là je crois que ce sera le cas. Keep tuned ! Evidemment, même si je pense plafonner à trois lecteurs, n’hésitez pas à laisser des idées et des avis !