Je suis une artiste

22 juillet 2009

Si, si. Même si ça ne se voit pas.

La preuve : je vous avais promis un article sur les contrats de mariage. Bah je n’y suis pas arrivée. Je croyais avoir compris le principe général de la communauté et de la séparation, mais en cherchant des détails je me rends compte que pas du tout. En fait, ça m’a même perplexifiée quant au choix de notre propre contrat de mariage, je ne suis plus du tout sûre que notre première idée sur la question soit la bonne.

Alors, pour me rattraper, j’ai fait une autre chose que je vous avais promise : des photos des chaussures que je porterai pour le mariage.

chaussures

chaussure

Cela dit, comme artiste je suis petite joueuse par rapport à d’autres… En lisant d’autres blogueuses, j’ai découvert l’existence du site américain OnceWed : créé par une jeune mariée qui voulait revendre sa robe et ne trouvait pas mieux qu’eBay pour le faire, il a d’abord été dédié à la vente de robes de mariée d’occasion. D’ailleurs, la partie « robes à vendre » du site est très fournie, triable par taille et par créateur, il y a de très belles robes, souvent de créateurs américains dont je n’ai jamais entendu parler mais pas chères du tout.  D’autant plus que les prix sont en dollars. Bon, c’est sûr qu’il faudra rajouter le prix du Fedex qui risque d’être pas donné…

Au-delà de ça, OnceWed est très axé sur la décoration, l’ambiance du mariage, avec des conseils pour faire soi-même toutes sortes d’éléments de décoration, et de nombreux albums photos de mariages.

Je suis vraiment impressionnée par le soin que tous ces mariés inconnus mettent à créer leur grand jour dans tous les détails. Et les photographes sont vraiment bons aussi.

A titre d’exemple, j’ai cherché des idées de déco pour un mariage en hiver. Je suis tombée sur cette série de photos d’un décor de table pour petit mariage intime — et hivernal, donc.

Photo : Jeska, du blog Lobster and Swan, sur OnceWed.

Moi qui suis très loin d’avoir des idées de déco, je vais voir si je peux m’inspirer de toutes ces jolies choses…

Et vous, comment feriez-vous la déco d’un mariage en hiver ?

Une fois que j’avais la robe, restait à choisir les chaussures qui allaient avec.

Je suis très difficile en matière de chaussures. Je ne les aime pas trop hautes, j’ai horreur des tongs et des spartiates, je n’aime pas beaucoup les sandales non plus… Pour le mariage, c’est encore un peu plus compliqué puisque :

– mes chaussures se verront sous la robe, elle tombe droite sur les chaussures

– ce sera l’hiver

– je déteste les chaussures pointues à brides qu’on vend habituellement pour les mariées. En fait, je trouve ça vulgaire la plupart du temps

Il fallait donc, comme le dit Isabelle, trouver chaussure à son pied. Le cahier des charges était : des chaussures blanches, confortables ou qui puissent le devenir en les portant un peu à la maison avant, pas pointues, pas ouvertes, et avec lesquelles je puisse marcher. Si je peux les remettre après, c’est encore mieux. De plus, la vendeuse de la boutique de robes de mariée m’avait mise en garde contre les chaussures trop hautes, au risque que la robe soit « aux fraises »… Cinq centimètres maxi, avait-elle dit.

C’est les soldes, c’est le moment de trouver ce genre de choses. J’ai commencé par parcourir des boutiques chez mes parents en province. Chou blanc une demi-douzaine de fois. A la limite, il était possible de trouver de ces chaussures pointues que je déteste, recouvertes ou pas d’un tissu vaguement satiné. Irk !

J’aurais pu aller au nouveau rayon des Galeries Lafayette dont parle Isabelle, mais je n’en avais pas encore entendu parler. Ou les acheter sur internet, mais je trouve ça trop risqué pour des chaussures. Et puis voilà que pour le week-end du 14 juillet les parents de mon fiancé nous proposent de les accompagner en Bourgogne. Près de Troyes. Où on trouve de multiples magasins d’usine.

Ma future belle-mère et moi y avons donc passé la journée d’hier. J’ai acheté pas mal de choses sans rapport avec le mariage, et nous cherchions toutes les deux des chaussures. Deuxième magasin de chaussures, nous repérons une paire de chaussures blanches à bout rond effilé et petit talon, pas mal du tout… mais trop étroites ! Snif. Nous explorons quand même le reste de la boutique, et là ma persévérance paie. Chaussures à bout rond, fermées mais avec une bride à l’arrière, 6 cm de talon à peu près et étonnamment stables. J’aime surtout la couleur, un blanc un peu rose, doux. Vendues !

Et puis là, j’ai tout le temps de les faire d’ici au mariage…