Qu’ont en commun toutes les robes de mariée ci-dessous ?

Robe Clément, Delphine Manivet. Photo 1001 Mariages

Robe Clément, Delphine Manivet.

Robe Sacha, Delphine Manivet aussi. Photo 1001 Mariages

Robe Sacha, Delphine Manivet aussi.

Robe Marie Laporte

Robe Marie Laporte

Robe Mae, Max Chaoul

Robe Mae, Max Chaoul

Oui, ce sont des robes de créateur. Mais ce n’est pas seulement ça…

Elles sont parfaitement impossibles à porter pour quiconque a des seins.

Alors évidemment, comme c’est mon cas, j’ai passé mon chemin. Je tiens à porter un soutien-gorge pour mon mariage quand même.

Mais ce n’est pas si facile… Même les modèles moins extrêmes sont souvent sans manches ni bretelles, et munis à la place, soit d’un corset — euh, je vais m’abstenir, sinon l’effet Mme de Pompadour avec des seins comme des obus est garanti — soit d’un bustier.

La robe que j’ai choisie est géniale sur beaucoup de points sauf celui-ci…

Comme dans la vraie vie je ne porte pas de bustier, et que de toute façon je voulais acheter de nouveaux sous-vêtements pour le mariage, me voilà dans une boutique de lingerie…

J’ai fréquenté pendant des années la boutique d’une amie de ma mère, super sympa, qui en plus me faisait des réductions très intéressantes. Mais maintenant que je vis à 500km, ce n’est pas très pratique…

Ma future belle-mère m’emmène donc dans une boutique près de chez elle. Je me retrouve à expliquer à la vendeuse que voilà, je cherche un soutien-gorge à bretelles amovibles, plutôt blanc, que c’est pour porter sous une robe de mariée bustier. Je lui donne ma taille mais j’ai comme l’impression qu’elle ne me croit pas.

– Vous avez de la chance que j’aie encore quelque chose dans votre taille. Tenez, c’est le seul que j’ai.

J’aurais préféré avoir un petit peu de choix, mais bon, d’accord, voyons ça. La bête est plutôt jolie. Je l’enfile, me regarde dans le miroir. Moui, c’est pas ça. Qui dit soutien-gorge sans bretelles dit coques, et je n’aime pas vraiment ça. Et en fait, il est un peu trop petit à droite.

La vendeuse vient voir, et là il se passe une chose très étrange : en général, les vendeuses de lingerie sont blasées, c’est leur métier et elles ont un oeil professionnel, neutre. Mais elle, elle me scrute, j’ai l’impression d’être une gamine de douze ans. Et d’avoir des seins énormes, comme quand on avait piscine au collège et que j’étais la grosse vache alors que toutes les autres avaient de petits seins mignons.

– Vous avez un sein beaucoup plus gros que l’autre. C’est le cas chez la plupart des femmes, mais chez vous c’est particulièrement marqué… Vous avez fait quelque chose ?

– Non !

– Je me permets de poser la question parce que chez vous la différence est vraiment très grande, quand on se fait opérer d’un cancer du sein parfois le chirurgien doit enlever un peu…

Elle ne pouvait pas le savoir, mais je venais de passer deux semaines chez mes parents auprès de ma tante mourante. Elle avait été enterrée la veille. Un cancer du sein. J’ai cru que j’allais me mettre à pleurer.

– En tout cas c’est pas du tout le 85D qu’il vous faut. Je vais voir si j’ai la taille au-dessus. 85E ? Est-ce que j’ai seulement ça ? Vous êtes sûre que 90 ce serait pas mieux ? Mais là vous portez quoi comme soutien-gorge ?

C’est un truc joli, noir et rouge avec des fleurs brodées, grande marque française, excellente qualité. Elle s’en empare, l’examine.

– Mais ça ne va pas du tout ça ! 85C, ça doit déborder de partout !

Non connasse. J’ai grossi récemment, et ça s’est surtout mis dans les seins. Ce soutien-gorge est un de ceux d’avant que je peux encore mettre. Elle a voulu vérifier, je l’ai mis. Il me va parfaitement, mais elle ne s’est pas excusée pour autant. Je lui ai expliqué que j’avais grossi surtout des seins, mais j’avais beau aligner les justifications, je continuais à me sentir comme une gamine prise en faute à oser porter des soutien-gorges jolis… Gros seins = sous-vêtements de mamie obligatoires ?

Evidemment ça ne s’est pas arrêté là. Elle avait effectivement un 85E, qui m’allait (E ! argh !).

– Si c’est pour un mariage il vous faut aussi le bas. Vous faites quoi comme taille ?

– 38.

– Vous êtes sûre, pas plutôt 40 ?

OUI je suis sûre !

Pendant tout ce temps ma belle-mère s’était tenue en retrait. Et voilà que la vendeuse, convaincue sans doute que je suis trop idiote pour comprendre que j’achète mes soutien-gorges n’importe comment (en plus d’être un monstre de dissymétrie), commence à lui expliquer, à elle, que vraiment il y a une très grande disproportion entre mes seins, qu’il faut se fonder sur le plus gros sein pour choisir son soutien-gorge, que je ne dois pas acheter de modèles pas chers parce qu’ils sont de mauvaise qualité… Crétine, je n’achète que des grandes marques, d’ailleurs tu l’as bien vu !

– Et donc ils vont se marier ? Il fait quoi votre fils dans la vie ? demande-t-elle à ma belle-mère.

– Il est étudiant à [école connue].

Moi aussi accessoirement, mais la vendeuse ne m’a rien demandé. Et d’enchaîner :

– Ah c’est bien ! Le fils de mon compagnon l’a fait aussi, il était président du BDE, il ne foutait rien mais maintenant il a un bon job à Hong Kong.

Le pire ? J’ai acheté les sous-vêtements en question.

C’est ma meilleure amie qui m’a consolée. Elle connaît bien le problème. Elle tombe toujours sur des vendeuses qui ne peuvent pas comprendre que, quand elle demande un 85F, le 90E ne lui ira pas (oui, ce truc-là, ça ne marche pas à tous les coups). Son entourage lui a conseillé des dizaines de fois de se faire opérer. D’ailleurs, j’adore l’argument du « dans ton cas je suis sûre que ce sera remboursé par la sécu », histoire de bien souligner qu’on est un monstre.

Maintenant, reste à essayer le fameux soutien-gorge avec la robe. J’espère qu’il ira… sinon, sans hésiter, je prends un week-end pour aller chez la copine de ma mère !

Photos : 1001 Mariages

Publicités