Lectures du mariage

25 août 2009

Pour la cérémonie, nous devons choisir une ou deux lectures, un psaume et un Evangile : la question de comment exprimer son identité et son originalité tout en suivant une tradition a été résolue de cette manière par l’Eglise.

Mon fiancé et moi avons donc commencé à nous demander ce que nous choisirions il y a déjà un moment. Nous allons à la messe ensemble presque tous les dimanches, donc nous sommes familiers avec les Evangiles et les psaumes. Evidemment, certains d’entre eux sont plus adaptés que d’autres à un mariage, tout comme certains sont plus adaptés que d’autres à un enterrement. Etant donné que les deux dernières fois où il a été question de choisir des textes dans mon entourage étaient des enterrements, c’est un vrai plaisir d’y penser pour un événement heureux !

Photo : jamelah

Photo : jamelah

Mes Evangiles préférés sont l’Evangile de Noël et la multiplication des pains (Evangile de Matthieu, chapitre 14, versets 14 à 21, même si l’histoire existe aussi chez Marc, Luc et Jean). Mais je ne nous voyais pas les utiliser pour le mariage.

Mon fiancé pensait à la maison bâtie sur le roc (Matthieu, 7, 21.24-27) :

« Ce n’est pas en me disant : « Seigneur, Seigneur », qu’on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux. […] Ainsi, quiconque écoute ces paroles que je viens de dire et les met en pratique, peut se comparer à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, et elle n’a pas croulé : c’est qu’elle avait été fondée sur le roc. Et quiconque entend ces paroles que je viens de dire et ne les met pas en pratique, peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée. Et grande a été sa ruine ! »

Fonder notre mariage sur le roc, faire la volonté de Dieu, ça me plaît. A notre dernière heure de préparation au mariage (avec notre petit bouquin, il faudra que j’en parle ici), j’ai répondu à « quelle est ma prière » : fonder une famille chrétienne, être là pour les autres et que notre exemple les inspire. J’espère vraiment arriver à ça.

Mais, dans cette même optique, nous avons trouvé un texte qui nous plaît encore plus… à suivre…

Petit mot en passant : nous sommes catholiques pratiquants. Je ne me voyais pas exclure cette partie de nous de ce blog, parce que notre religion façonne profondément notre identité et nos valeurs. Je pense que les religions sont si importantes dans la construction des êtres et dans leurs comportements quotidiens que vouloir en faire une affaire purement privée n’est pas très réaliste, ou pas très honnête. Il me semble au contraire que parler ouvertement, respectueusement, de nos convictions religieuses, surtout avec ceux qui ne les partagent pas, fait progresser la tolérance, la connaissance et, j’espère, le cheminement spirituel de chacun.

Donc sauf opposition massive de votre part, je parlerai un peu ici de la messe et de sa préparation.

Publicités

27 Réponses to “Lectures du mariage”

  1. pourquoisecompliquerlavie said

    1 – Ne comptez pas sur moi pour une opposition massive à votre projet.
    2 – J’ajouterai très vite que je n’aurais jamais pu élever un enfant sans Dieu. Pis, je n’aurais jamais pu avoir un enfant en me disant que je ne le faisais naître que pour les emmerdes de la vie : l’école, les études, les jobs, les impôts, les enfants, les chagrins, les maladies, voir mourir ses proches, mourir. Sans Dieu, c’est ça la vie. Et sans la vie éternelle, nom de Dieu, c’est pas une vie.

  2. marion said

    Pas mal comme texte !
    Comment se passe la préparation au mariage? quels sont les sujets que vous y abordez?

    J’ai été longtemps croyante, maintenant en bonne scientifique je suis plutôt « agnostique émerveillée ».
    Je suis en plus assez fâchée avec l’attitude de l’Eglise sur bien des points, mais là n’est pas le débat. Par contre, les valeurs chrétiennes que tu portes, et qui m’ont été transmises par ma grand-mère, celles-là sont universelles et je les aime!

  3. C’est très bien que tu abordes cet aspect religieux sur ton blog! d’abord parce qu’il fait partie intégrante de toi… et puis aussi parce que, finalement, les gens s’expriment peu là-dessus (peur de déranger, peur de passer pour des missionnaires intégristes, peur de dévoiler son intimité?). C’est donc, en fait, super intéressant de comprendre les croyances des autres, et je me rends compte que je serai très curieuse de lire tout un tas d’autres textes ou témoignages là-dessus.
    On parle bien de ses vergetures, de l’épisio et des joyeusetés de la grossesse… pourquoi la foi serait-elle plus taboue? 😉

    Pour ce qui est de MA conviction, elle est plutôt comme Marion ci-dessus: j’aime les valeurs chrétiennes, j’ai été élevée avec et j’aime essayer de les appliquer et de les transmettre. Mais je ne crois pas…

    Et pour rebondir sur le commentaire de Belle-Maman, j’ai trouvé sens à ma vie et à celle de ma fille, même sans croire. La vie, même avec son lot d’emmerdes, c’est toujours mieux que de ne jamais avoir vécu, non?
    Tiens, ça pourrait être un sujet, ça aussi: comment faites-vous pour donner un sens à la vie?
    (je suis dans la lecture de « l’insoutenable légèreté de l’être », en ce moment, ça peut aider 😉

  4. Marie said

    Je suis contente que ça vous intéresse !

    Pour la préparation au mariage : en fait, je me rends compte que l’Eglise est un peu le cul entre deux chaises, et ça se voit dans notre livre de préparation au mariage, qui s’adresse en fait beaucoup aux gens qui se marient à l’église sans être pratiquants réguliers.
    Du coup le livre essaie de leur faire comprendre les bases du cathéchisme, avec autant de subtilité que possible mais sans s’éloigner du message de l’Eglise. Et ça a l’air vraiment difficile — les auteurs du bouquin n’y arrivent pas toujours d’ailleurs… Mais ils ont le mérite d’essayer.

    Mon fiancé et moi avons rencontré le prêtre qui célébrera notre mariage il y a plusieurs mois. Il nous a donné un livre de préparation au mariage « Carnet de route des fiancés ». Nous sommes censés, une fois par semaine, prendre une heure pour lire, méditer et prier sur un thème. Chaque thème occupe une double page du livre, avec un passage d’Evangile, quelques mots d’explication du texte et de la doctrine catholique en rapport, et des questions de réflexion auxquelles nous répondons dans un petit livret à part. En dehors de ça, il est prévu plusieurs séances avec le prêtre et éventuellement d’autres couples de fiancés.

    En gros, ça couvre : l’alliance de Dieu avec les hommes, le sacrement que nous recevrons, la vie chrétienne dans le mariage, la miséricorde, la mission que Dieu nous confie dans le monde. Et s’assurer que nous respectons les 4 conditions que l’Eglise met à un mariage : liberté du consentement, engagement pour toute la vie, promesse de fidélité, et volonté d’avoir des enfants et de les éduquer dans la religion catholique.

    Sur la vie avec ou sans la foi : c’est une excellente question. Je pense qu’avoir la foi permet de trouver plus facilement un sens à la vie. Quelle que soit la foi concernée d’ailleurs. Ceux qui ne croient pas doivent trouver ce sens ailleurs. Je suis d’accord avec toi Marine, c’est tout à fait possible sans croire. Mais aux moments difficiles, parfois, on n’y arrive pas. C’est d’ailleurs ce qu’ont tout à fait compris certaines sectes qui passent en revue les annonces nécrologiques pour approcher les familles au moment où elles sont vulnérables…

    En fait, très souvent, ceux qui ne croient pas se créent leurs propres rituels, non religieux mais des rituels quand même : le baptème civil, la cérémonie de mariage laïque, quelques minutes le soir pour repenser à sa journée, aux bonheurs du jour…

    • marion said

      C’est vrai qu’avoir des rituels est très important pour se réconforter, se détendre, se motiver … se retrouver le soir au repas pour discuter en fait aussi partie je suppose.

      Quand tu seras allée au bout de cette route, je serai curieuse de lire ton livre de préparation (si tu n’y vois pas d’inconvénient).

      Comment avez-vous choisi le prêtre qui vous accompagne?

      • Marie said

        Pas de problème pour le livre. ça va te plaire : PEG et moi avons bien cherché, dans tout le livre il y a une photo qui représente un Black (c’est un prêtre, et on ne voit que sa main) 😉 Mais à part ça, pas mal.

        Notre prêtre est un ami de PEG, il était l’aumônier de son lycée.

  5. je viens en tout cas de soulever une question, en m’inspirant de ton texte, sur mon blog!
    http://unechambreamoi.blogspot.com/2009/08/linsoutenable-legerete.html

  6. pourquoisecompliquerlavie said

    J’ai fait un commentaire sur la question essentielle que Marion pose dans son blog.

    • marion said

      (c’est Marine qui se pose cette question essentielle… entre Marie, Marion et Marine il y a en effet de quoi finir un peu embrouillé…)

      • pourquoisecompliquerlavie said

        Pardon Marine et Marion ….

        Marie, je sais très précisément qui elle est ! 😉

  7. koz said

    Je sais maintenant deux choses sur vous : vous êtes catholique pratiquante, et vous avez une poitrine épanouie.

    Pour ce qui est du texte, chacun le sien. Celui que vous choisissez est très bien vu. Nous avions choisi « la tempête apaisée », choix qui a un peu surpris, parce que cela donne le sentiment que l’on se prépare aux pires emmerdes. Mais nous aimions bien le « avance au large ». Il faut se lancer, dans un mariage.

    • Marie said

      En fait, ce n’est finalement pas celui-ci que nous avons choisi. Un indice : c’est un épisode de l’évangile qui se passe lors d’un mariage.
      La tempête apaisée, j’aime beaucoup. Et il me paraît particulièrement adapté à un mariage, avec tous les gens autour de nous que ça effraie de s’engager…

      • koz said

        L’indice est transparent.
        Sauf à ce qu’il y ait deux mariages dans l’Evangile.
        Maintenant, si c’est Cana, c’est intéressant aussi de relever que Jésus se révèle lors d’un mariage… et qu’il aime le bon vin, signe s’il en est que le catholique a le droit aussi de se marrer.

      • Marie said

        C’est effectivement une des raisons de notre choix ! Mon père dit toujours, en parlant des grenouilles de bénitier de la famille : « mais arrêtez de diaboliser le vin ! Jésus aussi buvait du vin ! »
        Et puis il y a le lien entre le mariage et l’eucharistie. En fait, ce sera le sujet de mon prochain billet. J’alterne évangiles et seins…

  8. koz said

    Cette alternance va très bien avec votre lecture et le sens que vous lui donnez. Les catholiques ont droit au bon vin, et pas seulement.

    • pourquoisecompliquerlavie said

      Ce qu’il y a d’intéressant aussi dans les noces de Cana, c’est que si Jésus se révèle, il le fait parce qu’il y est propulsé par sa mère !

      L’image n’est pas entre PEG et moi mais entre l’homme et la femme. 😉

      Jésus et Marie sont l’homme et la femme parfaits, comme Adam et Eve, conçus sans le péché originel, mais contrairement à Adam et Eve, eux n’ont pas désobéi !

      C’est la femme l’incitatrice de l’homme :
      comme Eve a tendu la pomme à Adam, Marie tend la cruche à Jésus. Si Marie n’avait pas insisté, Jésus qui lui a répondu à plusieurs reprises, « Femme, que me veux-tu ? » serait resté dans son coin à boire de l’eau.

      Mon féminisme raffole de cet évangile !

      • koz said

        Ah mais so, you are la « marie » de « PEG » ? J’avais pas capté ça !

        Eh oui, tu as bien raison et il me semble que Benoît XVI avait consacré une audience à la place des femmes, concluant également sur le fait que ce sont les femmes qui restent au pied de la Croix (peut-être courraient-elles moins de risque, je n’en sais rien, mais le fait est qu’à l’exception de Jean, ça ne grouillait pas d’apôtres), et que ce sont les premières à avoir connaissance de la Résurrection, et que c’est à une femme que le Christ s’adresse, à l’extérieur du tombeau, en lui disant « pourquoi me cherchez-vous parmi les morts ? »…

      • Marie said

        Belle-maman : Je n’avais jamais fait le rapprochement avec Adam et Eve, c’est très intéressant.

        Koz : eh oui !

        Bon, il ne me reste plus qu’à faire un article intelligent sur Cana, je sens que ça va être compliqué…

      • EllaO said

        Bonjour,
        J’arrive ici par l’intermédiaire du blog une chambre à moi, toujours curieuse de voir des gens qui parlent de leur foi sans complexe.
        Je suis protestante, et si Jésus répond ainsi à sa mère dans un premier temps, c’est parce que c’est le début de son ministère. Les gens ignorent qui il est (sa mère le sait elle) et un miracle comme ça révèle aux yeux de tous qui il est.

      • Marie said

        Bienvenue !
        Tu as raison quant à Marie.
        Au fait, quelle est exactement la place de Marie dans la religion protestante ? Je crois savoir que vous n’avez pas le dogme de l’immaculée conception, mais à part ça ?

    • EllaO said

      J’ai mis bien longtemps à répondre car j’avais perdu le lien de ton blog honte à moi…
      Dans la « religion » protestante (je préfère parler de foi, car je n’adhère pas à une religion en tant que courant de pensée, mais j’ai mis ma confiance en une personne Jésus Christ Dieu et homme à la fois), Marie est la mère de Jésus. Jésus a été conçu par l’oeuvre du St Esprit, et Marie n’a pas eu de relation avec Joseph (ni aucun autre homme avant Jésus). Par contre les protestants croient que Marie a eu ensuite d’autres enfants avec Joseph, et qu’elle n’est pas Dieu, ni même sainte.
      Les protestants ne reconnaissent aucun homme comme saint (Pierre, Paul…). Les hommes restent des hommes, sanctifiés et justifiés par leur foi en Jésus Christ.

  9. pourquoisecompliquerlavie said

    @Marie
    Il ya en effet deux couples conçu sans la pesanteur du péché originel : Adam et Eve d’une part et Marie et Jésus. C’est aussi pour cela qu’on les appelle parfois le nouvel Adam et la nouvelle Eve. D’ailleurs la lance du centurion romain dans le flanc du Christ sur la croix est préfigurée par la blessure faite à Adam par Dieu pour lui donner Eve…

    @koz
    Vous avez raison, les femmes sont omniprésentes dans la vie du Christ. Si Jean était aussi au pied de la croix, c’est parce que Jésus lui avait confié sa mère. En tant que de besoin je rappelle aussi que Marie était au milieu des apôtres lorssque l’Esprit Saint est arrivé à la Pentecôte.
    Il n’y a pas d’homme sans femme (même au delà de la chanson de Brassens) : la femme est un lien direct entre l’homme et Dieu
    D’ailleurs mon féminisme continuera en prétendant que si l’homme a été formé par le souffle de Dieu sur de la boue, pour créer la femme, il n’a pas pris de la boue, mais une matière qu’il avait déjà purifiée : un morceau de l’homme, du côté de son coeur.
    C’est pour cela que je suis toujours énervée quand ceux qui ne savent pas estiment anormal qu’il n’y aît pas de femmes prêtres. Les prêtres figurent Jésus. Les prêtres sont Jésus pendant la messe.
    Toutes les femmes sont des Maries…

    • marion said

      Mais il y a des femmes pasteur non?

      • pourquoisecompliquerlavie said

        Mais je ne crois pas que les pasteurs SONT le Christ pendant l’eucharistie. Les protestants commémorent la Cène (refont les gestes en souvenir). Les catholiques et les orthodoxes la vivent et le prêtre EST Jésus à ce moment là.
        Il ne rappelle pas les gestes du Christ. C’est le Christ qui les refait à chaque messe.
        Il ne faut pas oublier que les cathos ont la transubstanciation : à la communion, nous ne mangeons pas du pain mais nous mangeons le corps et le sang du Christ.
        De nombreux les prostestants, calvinistes, anglicans, mormons, etc. ne croient pas à la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

  10. marion said

    Je n’avais jamais vu les choses ainsi, votre explication se tient.

    Mais malgré tout, j’ai le sentiment dérangeant que l’église catholique ne rend pas leur juste place aux femmes…pas moyen de mettre le doigt exact dessus cependant!

  11. Alain Mongeau said

    Je suis un prêtre catholique de Montréal, au Québec. En préparant une homélie sur l’Évangile des noces de Cana, j’ai atterri sur votre blog en cliquant sur « Jean 2, 1-11 ». Le témoignage souriant et humain de votre foi m’a donné des envies de clonage. Mais l’Église s’y oppose… Je me contenterai donc de venir vous souhaiter une bonne route dans votre (nouvelle) vie de couple et de famille, en vous confiant à la source de tout amour véritable.

    • Marie said

      Merci !
      Votre commentaire m’a fait TRES plaisir !
      Bon courage à vous, c’est une très belle mission que vous avez dans l’Eglise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :