Parfois, ça m’énerve…

29 juillet 2009

J’ai 22 ans et je vais me marier. Pour ne rien arranger je suis catholique et je veux avoir des enfants. Plusieurs. Avant trente ans si possible.

A part ça, j’ai fait des études supérieures longues, chères, à Paris où je vis toujours. J’y ai rencontré beaucoup de mes amis et pas mal de connaissances que je vois souvent dans les crémaillères, anniversaires et autres. Etant donné le coût de la vie ici et ce que nous avons tous investi dans nos études, il y a un biais de sélection envers les carriéristes parmi les gens que je fréquente. Sauf que ce n’est pas juste eux. Il y a aussi la presse féminine, les blogs, et parfois même ma famille.

J’ai cherché récemment des blogs qui parleraient de mariage, j’avais envie de connaître plus de gens qui allaient se marier, d’échanger avec eux. Et j’ai été sidérée par la façon incroyablement négative dont la majorité des blogs que j’ai vus parlaient du mariage. Et de l’engagement. Et du fait d’avoir des enfants.

Alors parfois je voudrais juste leur dire :

– Vous êtes une femme, urbaine, vous avez 32 ans, vous êtes célibataire et sans enfant, et déterminée à le rester pour « profiter de la vie », un enfant vous y penserez dans dix ans ? Vous n’avez rien d’une rebelle. Non, franchement, malgré tout ce que pouvez vous raconter, cette attitude est complètement mainstream. Dans les films, dans la chick-lit, dans les grandes villes en général.

– Il n’existe pas d’assurance contre la rupture. Ce n’est pas parce que vous vivrez dix ans ensemble avant de vous marier que vous serez sûrs de ne pas divorcer. Il y a plein de raisons légitimes d’attendre longtemps avant de prendre un engagement, échapper au divorce n’en est pas une.

– Vous vous faites généralement chier dans les mariages ? Bah oui, c’est le cas de plein de gens. Ce n’est pas une raison pour ne pas aller à ceux de vos amis.

– Vous ne voulez pas que vos parents vous imposent leurs invités et leurs choix ? Bah ne les laissez pas payer. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. J’ai même lu une fille qui disait qu’elle n’avait pas invité ses parents à son mariage mais qu’ils avaient envoyé un chèque et que franchement c’était le moins qu’ils puissent faire. Elle l’a encaissé sans scrupules.

– Vous ne voulez pas d’une « vraie » robe de mariée blanche ? Pourquoi pas, mais il se trouve que : 1. ça aussi c’est très mainstream, les mariées de nos jours s’imaginent plus une robe de soirée qu’une robe de mariée. Ma future belle-mère dirait que c’est parce que les occasions de porter une robe de soirée se font de plus en plus rares. 2. Par pitié, arrêtez de dire que la robe blanche symbolise le fait que la mariée est vierge. Ce que la robe blanche veut montrer, c’est que la mariée est en état de grâce.

– On ne se marie pas à l’église parce que c’est joli. D’ailleurs, on n’écrit pas « se marier à l’Eglise », l’Eglise avec un E majuscule désigne la communauté des fidèles. Le mariage religieux a une vraie signification pour les couples croyants, et moi en tant que catholique j’ai vraiment du mal à voir des gens qui n’y croient pas une seconde singer le mariage catho sous prétexte que c’est joli. Moi je trouve les mariages juifs très beaux, ce n’est pas pour autant que je vais réclamer de me marier dans une synagogue.

J’ai écrit ce billet il y a quelque jours, sous le coup de l’exaspération. J’ai hésité à le poster mais bon, le voilà. Qu’en pensez-vous ?

Publicités

32 Réponses to “Parfois, ça m’énerve…”

  1. Le marié said

    J’applaudis à tout rompre.

    • Cecile said

      Ce post a déjà quelques temps, je viens seulement de le lire. Je suis d’accord sur pas mal de points. Je me marie dans quelques semaines, j’ai 26 ans (c’est moins jeune mais quand même…), je suis catholique et pratiquante. Et finalement en me mariant et surtout en me mariant à l’église et en assumant publiquement ma foi, j’ai l’impression que c’est moi l’outsider!!! l’originale, la rebelle…
      De toute façon j’aurais tout entendu sur ce mariage et surtout cette phrase magnifique toujours prononcée par des presque trentennaires en couple depuis quelques années « de toute façon le mariage ça change rien! ». Ah mon humble avis ils n’en savent rien du tout mais c’est très rare que l’on nous demande notre avis sur le mariage, à croire que c’est ceux qui ne se marient pas qui en parlent (se justifient???) le plus.

      En tout cas j’espère que votre journée de demain se passera bien et surtout beaucoup de bonheur pour la suite!

  2. Bellemerdixit said

    Vous étiez rudement exaspérée, mais vous avez raison.
    Vous avez raison d’être exaspérée et vous avez raison de poster le billet sur le blog. Votre blog est l’un des plus intéressants que je connaisse, à la fois, sérieux, drôle, touchant, didactique (dans le bon sens du terme) et je vous aime.

    Vous savez que je partage nombre de vos justes ires et que la stupidité des idées toutes faites me laisse souvent pantoise quand elle ne m’inquiète pas sur les mérites de la démocratie….

    Alors, en vrac, mes commentaires sur vos colères :
    – les enfants : c’est bien connu, vaut mieux les avoir quand on est vieux pour être encore plus vieux quand ils grandissent et avoir des peits enfants quand on a Alzheimer. Quand on est vieux (la quarantaine c’est vieux pour des parents de jeunes enfants), on s’occupe parfaitement d’eux et c’est ce qui fait des enfants gâtés, surprotégés (mousse sur les coins de table pour éviter les bleus – comme si un bleu était grave !) avec emploi du temps de ministre et sursocialisation précoce des gamins, ce qui en fait d’excellents moutons de leur milieu (ils n’apprennent plus à penser par eux mêmes puisque ce ne sont de bons enfants que quand ils sont à l’aise avec leurs camarades d’école, avec leurs camarades d’activités para scolaires et que cela n’arrive jamais que lorsqu’il ne se démarquent pas de leurs petits camarades.

    Et si les enfants empêchent de profiter de la vie, pourquoi vouloir à toute force en avoir entre 35 et 40 ans ? C’est encoie mieux de profiter de la vie après 40 ans : (les enfants qui ont une quinzaine d’année sont ravis que leurs parents leur foutent un peu la paix) et on a plus de moyens ! – mais je l’ai déjà écrit ici.

    – les divorces : si il suffisait de se marier tard pour ne pas divorcer, on se demande pourquoi les divorces augmenteraient tant. En fait il apparait que les couples qui ont le plus de chance de ne pas divorcer sont ceux qui se sont mariés soit très jeunes (comme vous deux) soit très adultes (alentour la cinquantaine).

    Cela s’explique d’ailleurs très bien : les très jeunes époux deviennent adultes ensemble et leurs modes et rythmes de vies se créent ensemble et sont donc identiques. Les vieux jeunes époux sont suffisamment âgés pour ne plus être attentifs qu’à l’essentiel : ils attendent moins de l’autre ayant appris à se suffire par eux mêmes et partant, ne cherchent pas à changer l’autre ce qui est bien souvent la vraie raison des divorces.

    Sur qui paie le mariage : vous avez raison, c’est celui qui paie qui commande.

    Sur la spiritualité dans le mariage : vous avez encore raison. Une phrase que je crois déjà avoir écrite ici : un mariage, c’est tous les autres jours que celui du mariage.

    Ce qui importe, c’est l’aide de Dieu que l’on s’assure en se mariant à l’église et devant l’Eglise et pas la « jolie » cérémonie.

    ….

    Et après tout cela, je vais essayer de faire croire que je ne donne pas mon avis sur tout !

  3. Maud said

    Magnifique ! décidément nous avons de nombreux points en commun…

    Tu habites Paris, cela doit-être d’autant plus courant chez toi ce type de remarque qu’en « province ». Mais on y est tout de même confronté.
    Je reste persuadée qu’il y « les mariages » et « le Mariage Chrétien »… Plus j’écoute les autres, plus je les observe et plus je suis convaincue que l’on ne se marie pas toutes pour les mêmes raisons (et quand j’y pense ça m’énerve, je vais donc m’en tenir là).

    Bonne journée Marie.

    • Marie said

      C’est vrai… Marine (une chambre à moi) a posé récemment la question de savoir pourquoi on fait des enfants, et elle se rendait compte qu’il existe toutes sortes de raisons à ça. Je crois que c’est un peu la même chose pour le fait de se marier. On s’engage dans quelque chose de très cadré, une institution, et pourtant on lutte pour en faire aussi quelque chose de personnel. Avec plus ou moins de succès…

  4. Marc said

    Entièrement d’accord avec toi Marie !!

    Pleins de bon courage pour la suite, c’est vrai que c’est une « sacrée » aventure et aussi une aventure sacrée, que les préparatifs sont souvent parfois lourds (enfin ça dépend si vous 30 ou 250…) mais c’est quand même génial.

  5. Pokpok said

    Très bonne analyse !!!

    Je suis en tout point d’accord avec toi.
    Malgré tout l’idée du c’est celui qui paye qui decide est un peu plus delicate que cela:
    je pense que l’on peut trouver un terrain d’entente et que tout le monde s’y retrouve! Mais c’est un sujet recurrent dans tous les mariage, je crois!

    Concernant le fait qu’il faut « tester » la vie commune avant de se marier, je me permet d’ajouter un lien vers des stats qui vont ajouter de l’eau a ton moulin:
    http://www.20minutes.fr/article/339364/Debats-Vivre-ensemble-avant-le-mariage-favoriserait-le-divorce.php

    Sinon j’apprécie beaucoup ton blog, c’ets frais!

    • Bellemerdixit said

      J’ai oublié de dire une chose :

      la robe blanche représente l’état de grâce des mariés, pas seulement celui de la mariée.

    • Marie said

      @Pokpok :
      Bienvenue !
      Je suis d’accord avec toi sur le financement, on peut forcément s’entendre. En revanche, ceux qui ne paient pas gagneraient probablement à être humbles et à reconnaître le cadeau que leur font leurs parents…

      Oui, j’avais entendu parler de cette étude américaine. Je pense qu’il doit quand même y avoir des éléments spécifiques à la société US, et je ne suis pas sûre que la même étude dirait des choses pertinentes sur la France. Je soupçonne qu’ici, la proportion de gens qui ne vivent pas ensemble avant le mariage est bien plus faible, donc pas forcément statistiquement significative. Mais j’aime bien la distinction faite entre les gens qui s’installent ensemble avec l’objectif de se marier, et ceux pour qui c’est juste une cohabitation au départ. (et là, je suis obligée de préciser que je vis avec mon fiancé…)

  6. Très bien dit! Je suis d’accord avec toi sur tous les points!

    Je suis diplomée, bac +5, études faites à Paris. J’ai choisi de suivre mon ami sans le sud, pour revenir vivre dans ma/notre région d’origine. J’ai fait un bébé, et je suis très, très, très heureuse. Je passe par une période « maternité » dans ma vie, et ma carrière est mise entre parenthèse, mais c’est, à mon avis, le moment de le faire. Dans mon entourage, les filles qui bossent comme des damnées et qui se retrouvent à 30 balais sans enfants, à se dire: « je ne peux pas me permettre, mon boss ne supporterai pas que je parte en congé mat », sont à mille lieues de ma façon de voir la vie. Il y a une mode, peut-être plus parisienne, qui dit, pour résumer: « avoir des enfants c’est chiant, être maman c’est pas très hype, les mouflets c’est con, indépendance et carrière c’est mieux, on peut tomber enceinte à 38 ans, d’t’façons ». Arrêtons de croire que c’est la vérité! Une femme peut etre très épanouie par la maternité, les couches, les bibs, et se développer personnellement. Moi, en tous cas, ça m’a révélée, en grande partie, et ça m’a rendue encore plus heureuse.

    C’est maintenant qu’il faut se marier (22 ans ou 27 ans, franchement, elle est où la différence?), faire des enfants. La carrière, elle, on a 40 ans pour la faire. Alors, c’est sûr, on a moins de moyens jeunes que vieux. Ce n’est pas pour autant qu’on doit attendre d’avoir 45 balais et fini de rembourser son appart’ pour commencer à penser à procréer.
    Et puis il faut admettre qu’une femme n’est pas un homme sur le plan de la procréation. (et je suis féministe, hein!)

    Il faut laisser la vie se faire, à se poser trop de questions de carrière, pour faire comme tous les autres, ou à s’imposer des règles (« je suis trop jeune pour me caser », « ce n’est pas le moment, dans ma carrière, de faire des enfants »), on s’empêche de vivre.

    Tu as trouvé l’amour? Tu veux des enfants? Quelle chance, profites-en! Il n’y a pas meilleure raison pour foncer! On ne vit qu’une fois, si les bonheurs se présentent, prend-les! Tu ne seras pas plus exposée au divorce que les autres, et si plus tard tu souffres, au moins tu auras été heureuse avant. Alors, le pari vaut le coup.

    Et en tant que femme, je suis persuadée que si tu te présentes à ton futur employeur, dans quelques années, une fois les enfants faits, tu peux réaliser une très belle carrière. On n’est pas des moutons, chacun son rythme, ne nous mettons pas de fausse pression.
    Et puis, se marier et faire des enfants, c’est l’expression de l’optimisme, de la foi en la vie. J’en connais bcp qui ont toujours eu peur de tout ça, et qui s’en mordent les doigts à la trentaine.

    Pour finir, malgré une éducation catholique, et toute ma scolarité dans le privé, je peine à croire en Dieu, je suis athée. Mais je respecte totalement la religion, et surtout la foi des autres. C’est pour cela que si je me marie, il est hors de question de passer devant le curé… J’aurais l’impression de manquer de respect à ceux qui croient, et de mentir, le jour-même de mon mariage!

    (eh, moi aussi j’ai été véhémente 😉

    • Marie said

      J’ai lu (dans une revue de recherche sérieuse) une étude faite sur les femmes qui travaillent en audit. Elles se débrouillent pour accoucher pendant les périodes « creuses », hors clôtures trimestrielles. Il y a même un nom pour ça : les bébés audit. En fait je trouve ça presque triste parce qu’ensuite, l’éducation des enfants devra quand même se faire tous les jours, clôture ou pas clôture…

      Et en fait, je crois qu’on est féministes de la même manière toi et moi. Même si je me méfie encore un peu du terme. Et pour ton futur potentiel mariage, merci. Ta façon de penser me touche beaucoup, d’autant plus qu’elle est en fait assez rare.

      Bon finalement je suis bien contente d’avoir écrit cet article, vos réactions à tous sont super intéressantes. Merci.

  7. marion said

    Et ben dis moi t’en avais ras-le-bol pour le coup !

    Deux petites remarques :

    – Les enfants : J’ai pas mal d’amies qui se voient pas en faire. Elles sont souvent issues de familles explosées, où les choses se sont mal passées entre leurs parents. Par contre elles me répètent à loisir qu’elles seront ravies d’emmener les miens en weekend, au ciné, de les babysitter et de leur apprendre toutes les bêtises qu’en tant que parent j’aurais du mal à leur faire faire.

    – Le mariage à l’église : c’est très beau, c’est très romantique c’est clair. Plus le temps passe, plus je suis agnostique donc j’ai aucune envie de me marier à l’église (ou à la synagogue, au temple, à la mosquée…). Par contre, le mariage civil c’est vraiment trop réducteur. Il manque tout le pan des engagements qu’on prend l’un envers l’autre et qui sont plus profonds que juste des obligations monétaires. Il manque aussi le côté « implication de la communauté », et toute la préparation au mariage qui souvent accompagne le mariage religieux.
    Du coup je sais pas, j’aurais envie d’inventer une troisième voie de mariage laïc (ce qui pourrait aussi servir pour les mariages mixtes).

    En tout cas, inspiiire, expiiire, depuis le temps que je te connais tu as eu beau passer par des endroits très « formatants », tu t’en es toujours super bien sortie… pas de raison que ça change !

    🙂

    • Marie said

      Tu as raison pour les enfants. Je peux comprendre qu’on ne veuille pas en avoir, même si je trouve ça très triste. En fait, ce qui m’énerve ce n’est pas tellement les gens qui ne veulent pas d’enfants, c’est leur problème après tout, que les insouciants qui n’y ont pas réfléchi, sur le mode « je suis un adolescent de 30 ans, on verra après ». Alors on pourrait dire que là aussi c’est leur choix, mais ils deviennent un groupe dominant autour de moi, et ensuite s’il faut se justifier de ne pas voir les choses de la même manière qu’eux, bah ça devient soûlant…

      Je suis d’accord avec toi pour l’absence d’une vraie cérémonie civile. Il y a probablement quelque chose à faire du côté d’un mariage laïc, d’autant plus que ça touche quand même pas mal de monde… Je crois que certains wedding planners essayent de faire ça. Tu penserais à quoi en particulier ?
      En même temps la « cérémonie » la plus déprimante à mes yeux, c’est la signature du PACS au greffe du tribunal, irk, le truc anti-romantique !

      • Nahyia said

        Je trouve super les commentaires des personnes qui respectent les croyances des uns et des autres et s’abstiennent ainsi de faire un mariage religieux si elles/ils ne partagent pas les valeurs de toute une communauté.

        Concernant le mariage laïc, je crois savoir qu’il prend de plus en plus d’ampleur en France, malheureusement je n’ai pas de chiffres pour étayer ce postulat!! 😦

        Si ce n’est que cette année, sur 5 mariages auxquels j’ai assisté (ah la saison des mariages…) 2 étaient des cérémonies laïques.

        Personnellement, bien que croyante et attachée aux valeurs du mariage religieux (catholique en ce qui me concerne) j’ai été très émue lors de ces cérémonies dites « d’engagement ».

        Il suffit de choisir un maître de cérémonie qui va créer le fil rouge, et organiser les témoignages, les lectures et les musiques de la cérémonie. Ce n’est pas une fonction facile d’après ce que j’ai pu voir, car cette personne doit créer à la fois l’émotion nécessaire, faire que la cérémonie pulse (pas de blancs, d’hésitations, de merdouillages « c’est à qui de parler maintenant? ») et dédramatiser quand les mariés fondent en larmes!

        L’avantage de ce type de cérémonie est que les mariés peuvent choisir le cadre qu’ils souhaitent, à l’extérieur, en intérieur, sous une tonnelle, gloriette ou pergola, dans un chic château ou sur une péniche… c’est au mariés de choisir le cadre qui leur ressemble et dans lequel ils se sentiront à l’aise pour échanger leurs vœux.

        Les vœux d’ailleurs, sont une autre spécificité de ce type de cérémonie! Les mariés écrivent leurs vœux eux mêmes et se déclarent leur amour et leurs liens à leur manière.

        Bref, ce type de cérémonie est très courante aux US, et pour plus d’infos, il suffit de regarder n’importe quel chick flick américain!! :o)

        Je trouve que c’est une excellente alternative au mariage à l’église pour les personnes qui n’ont pas de croyances particulières, mais veulent quand même donner une symbolique à leur union en ajoutant un moment fort en émotion après le mariage officiel (et rapide) à la mairie!

        J’ai trouvé un forum qui parle du mariage laïc pour celles et ceux que ça intéresse: http://laiciennes.actifforum.com/

  8. Athénaïs said

    J’suis globalement d’accord avec tout ce qui est dit ici, après, sans vouloir entrer dans des débats sans fins, y’a plusieurs symboles à voir dans la robe de mariée : au Moyen Age robe rouge, mais il y a eu les robes noires, les robes folkloriques (la belle mulhousienne par exemple) ou encore les robes des aïeules à transmettre de mères en filles… il y a eu les tailleurs, les robes courtes mais évasées, les pantalons, etc…finalement, je crois que la robe de mariée ne peut se soumettre qu’à une seule règle : le choix de la mariée. C’est vrai qu’il est triste de voir des mariées vêtues plutôt comme si elles allaient à une garden party qu’à leur propre mariage, mais finalement, l’important est de ne pas être trop ridicule lorsqu’il s’agira de montrer nos photos de mariage à nos petits-enfants… D’ailleurs ça me fait rebondir sur un autre sujet : la coiffure des mariées… Franchement, en voyant certaines coiffures asymétriques stylisées typiquement à la mode pendant… 1 an, y’a de quoi s’alarmer… les méchouilles dans les yeux, la tonne de laque qui donne l’impression que la mariée porte un parquet ondulé sur la tête ou encore les plumes de toutes les couleurs, là, le carnaval est de mise!

    En ce qui concerne les opinions très tranchées que j’ai lues ici sur les conceptions tardives d’enfants, hônnêtement je ne suis pas convaincue qu’il y ait un choix plus judicieux que l’autre… quand je vois tout ce qui est arrivé à mon grand-père après sa retraite, qui n’a finalement jamais pu jouir de ses effets à cause de son AVC, j’ai tendance à penser que profiter de sa jeunesse pour mieux connaître son mari d’une part et ne pas avoir de regrets du type « si j’avais su que je tomberais malade, j’aurai plutôt voyagé quand j’étais jeune » (attention, le voyage n’est qu’exemple)… je me dis que finalement, c’est pas si mal…
    Mes parents ont opté pour le mariage tardif, et nous ont eu à 32 et 35 ans (ce qui n’en fait pas de vieux croulants actuellement pour autant), et me répètent souvent qu’ils n’ont aucun regret quand à leur jeunesse et leurs choix de vie…
    Papa, 57 ans, a fait 2 infarctus coup sur coup en un mois et demie… croyez vous que si nous avions dix ans de plus ça aurait empêché ça et fait en sorte qu’il profite plus des bienfaits que la vie puisse offrir? Je suis sceptique.
    A mon sens, que l’on se marie tot ou tard, que l’on soit jeune ou vieux lors de la naissance des enfants ne dépend pas finalement de planifications que l’on choisit : le plus important est de se sentir prêt et de faire en sorte que l’on n’ait pas de regrets.

    • Marie said

      Tu as complètement raison sur les robes de mariée. Je crois que la robe blanche est apparue au XIXe siècle seulement. Et quand on regarde les cérémonies de mariage ailleurs dans le monde, on en est assez loin…
      Les coiffures de mariée, oh oui… avec les petits tortillons de mèches qui retombent dans le dos, bien lissés à la laque…

      Sur l’âge du mariage, je sais pas. Mon père par exemple me dit qu’il aurait aimé que ses parents l’aient quand ils étaient plus jeunes, déjà parce qu’il a une grosse différence d’âge avec ses cousins, et puis parce que son père est tombé malade quand il avait 14 ans, et mort 4 ans plus tard, il a l’impression de ne pas avoir pu assez profiter assez de sa présence. Après c’est sûr que ça dépend beaucoup des gens. A mon avis, de façon générale, il faut réaliser nos désirs importants quand on est jeune, quels qu’ils soient — ma meilleure amie vient de prendre un an sabbatique, par exemple, là tout de suite elle fait du saut à l’élastique en Nouvelle-Zélande ! Et après ça, elle veut créer une boîte. Et comme tu le dis, pas avoir de regrets.
      Au fait, ton père, ça va mieux ? Et tu serais libre à dîner genre lundi 17 ?

  9. Athénaïs said

    Après ton grand-père était le plus jeune d’une famille très très très nombreuse, forcément ma grand mère ayant 82 ans, ton papa fait vraiment tout jeune à coté de sa cousine qui est née de l’une des ainées de la famille très très très nombreuse… mais après y’a pas vraiment de règles non plus…

    Oui je pense être libre à dîner un de ces 4, tu es libre de quand à quand? parce que le lundi Guillaume est à Ribeauvillé pour le boulot et j’aimerais quand même beaucoup te le présenter!
    Bisous

    • Marie said

      Je ne sais pas encore précisément. Le lundi 17 au soir c’est sûr, peut-être dimanche soir aussi (je dépends d’un gentil chauffeur pour me ramener de Suisse, et je ne connais pas précisément ses plans). Je te tiens au courant, et je serais effectivement très heureuse de rencontrer ton chéri !

  10. Bellemerdixit said

    Bonjour Athénaïs,

    Vous avez raison sur les robes de mariées. En fait la robe de mariée est destinée à montrer qui l’on est (ou qui l’on veut être/paraître).

    Au moyen âge, on portait sa plus belle robe, donc rouge quand on était riche, puisque le rouge était la couleur la plus dispendieuse, ou noire quand on était pauvre car le noir est la couleur la plus facile (elle va pour toutes les circonstances, y compris les enterrements – dont le sien d’ailleurs !). Dans les régions, on portait son plus beau costume comme dans les mariage bretons. Dans le Morvan, région pauvre s’il en est, on se mariait en noir.

    A la Renaissance, les femmes d’Europe commençaient à porter les robes de leurs couleurs (celles de leurs familles) d’où le blanc pour Anne de Bretagne et Louise de Lorraine, devenues toutes deux reines de France. En fait, c’est à partir du mariage de Louise de Lorraine que le « snobisme » a conduit les femmes riches à se marier en blanc. Y compris d’ailleurs la reine Victoria. C’est l’esprit protestant du 19ème siècle qui a associé blanc et virginité (de la mariée, pas du marié, bien sûr ! – pas plus sexiste que cette sal. de 19ème siècle !…)

    Après la pénurie de tissus de la suite de la deuxième guerre mondiale, les robes de rêve étaient des robes de princesse – inspirée des dessins de la belle au Bois dormant de Walt Dysney. Dior relance la mode, le mariage de la Princesse Grace l’installe.

    Aujourd’hui enfin, la robe de mariée redevient la robe de rêve, c’est-à-dire une robe de soirée dans laquelle la mariée affiche (décolletée, épaules nues, et robe moulante – sous prétexte de pas de chantilly froufroutante) ses formes rêvées parfaites. Ya qu’à voir : pas un seul site sur le mariage qui n’a pas sa page sur comment perdre trois kilos pour le Grand Jour.

    Dans les pays orientaux, il est d’usage pour la mariée (vrai porte manteau de la fortune de son père) de changer de tenue sept ou huit fois dans la journée. Dire si il faut vraiment montrer qui l’on est ou qui l’on veut paraître !

    En extrême orient aussi, l’important est la richesse que l’on affiche.

    Il y a deux sujets sur lesquels il ne faut jamais me brancher : l’histoire des costumes et la géographie de la nourriture !!!!!!!

    • marion said

      ah oui la géographie de la nourriture ? ça doit être super passionnant ça ! vous faites des mail-list ?

      • Bellemerdixit said

        Bonjour Marion,

        Si vous m’expliquez ce qu’est une mail-list, je vous répondrai si j’en fais et j’en ferai peut-être même une …

        Et, comme je suis en vacances en ce moment, je vous prépare un petit papier sur l’histoire et la géographie de la nourriture ….

      • marion said

        Trop chouette !

        Une mail-list est simplement une liste de personnes à qui vous envoyez un bulletin d’information plus ou moins régulier par courriel. C’est un peu un ancêtre du blog, mais en plus embryonnaire (accès privé et pas de commentaires communs à tous …).
        Donc c’est un peu dépassé par rapport aux blogs et est plutôt employé pour des courriers temporaires (ex: le compte-rendu hebdomadaire de mon tour du monde en deux mois).

        En tout cas vous avez l’air d’être quelqu’un de passionnant et plein d’humour, une belle-maman idéale pour Marie !

  11. Athénaïs said

    Bonjour Belle-maman de Marie-Laure!

    Je suis super contente que vous ayez été « branchée » costumes, car votre petit article est très instructif et extrêmement plaisant à lire!

  12. Julie said

    Question ceremonies, je remarque une certaine difference dans d’autres pays, ou « n’importe qui » (sous-entendu, satisfaisant a quelques conditions peu contraignantes) peut celebrer un mariage, n’importe ou. La ceremonie se deroule alors completement selon la volonte des maries, tant que quelques formalites sont remplies : voeux, cortege, alliances… On fait comme on veut, avec qui on veut, et ou on veut.
    Personnellement, je trouve ca tres bien : ca evite de passer a la mairie ou, il faut le dire, ca manque un peu de poesie… En tout cas, il me semble que ca permet aux gens qui ne se marient pas a l’eglise d’avoir tout de meme leur ceremonie, aussi esthetique qu’il leur plaira (et qu’il pourront la concevoir).

    • Marie said

      Oui, c’est vrai que, en France, en dehors du mariage à l’église, c’est un peu difficile de faire une belle cérémonie. D’où peut-être la mode des discours et des powerpoints par les amis ?

  13. Bellemerdixit said

    Histoire (et géographie) de la nourriture :
    Comme il faut manger pour vivre, l’homme (comme tous les autres animaux d’ailleurs) s’est toujours préoccupé de trouver de la nourriture et si possible quand il en avait trouvé beaucoup, il s’est préoccupé de la garder de sorte qu’elle ne le rende pas malade lorsqu’il mangeait sa nourriture gardée, c’est-à-dire, lorsqu’elle n’était plus fraiche.
    Trouver de la nourriture, version de base : chasse, pêche et cueillette. Cela entraîne un mode de vie de type nomade : on change d’endroit quand le terrain de chasse est vide et que les arbres n’ont plus de fruits. Mais il faut de grands territoires au nomadisme.
    Trouver de la nourriture, version améliorée : élevage et agriculture. Lorsqu’il n’est pas tenaillé par la faim, l’homme est paresseux/astucieux (mine de rien, ce sont ces deux qualités, associées au manque de révérence pour la tradition, qui nous ont donné l’ordinateur. Mais c’est un autre sujet.) Quand on veut tuer une bestiole pour la manger, c’est quand même mieux de l’avoir attachée à un piquet à côté de la tente que de devoir d’abord la trouver, la débusquer et ensuite la tuer alors qu’elle-même n’y tient pas vraiment. Élevage donc. L’élevage n’entraîne de sédentarisation que lorsque la terre est suffisamment riche pour pouvoir nourrir le troupeau d’une saison l’autre. Dans les régions pauvres, c’est la nécessité de trouver la nourriture des troupeaux qui entraîne le nomadisme pastoral (steppes, déserts…)
    Garder la nourriture, c’est-à-dire faire en sorte que la nourriture en trop qu’on ne peut pas manger immédiatement :
    – c’est rare de pouvoir manger un buffle en une seule fois. Si on laisse le buffle comme ça, il pourrit – et du coup d’ailleurs, il pourrit tout ce qu’il touche,
    – c’est très difficile de pouvoir manger toutes les pommes mures. Dans la nature, les pommes murissent en fonction de leur place dans l’arbre, mais en un mois, elles sont toutes mures. En fait, les fruits et légumes sont globalement tous murs en même temps : du printemps à la fin de l’été et l’homme qui n’est pas un ours hibernant doit manger l’hiver aussi (Les Inuits, lorsqu’ils étaient encore nomades, se nourrissaient l’hiver exclusivement de chasse et de pêche.)
    soit conservée dans de suffisamment bonnes conditions pour pouvoir être utilisée à la mauvaise saison.
    Pour conserver, il y a le gras, le sel, le sucre, l’alcool et le sec. Pour garder la nourriture, il existait donc (jusqu’à l’invention de la conserve en 1809 par le français APPERT) plusieurs méthodes : dessiccation, salage, confisage (au gras, au sucre et à l’alcool) et pourrissement (maîtrisé).
    Dessiccation : assèchement de la nourriture, comme les morues aujourd’hui encore dans le nord de la Norvège ou tous les jambons fumés que nous connaissons. Greniers à blé de l’Égypte ancienne pour garder le blé sec, pommes tapées des bords de Loire.
    Salage : la choucroute, les cornichons, le petit salé et tout ce qui est saumuré comme la morue encore une fois ….
    Pourrissement : fromages, vins, cidres, nuoc mam….
    Confisage : fruits confits, confit d’oie, de canard, confitures…
    Vous l’aurez compris, selon que la terre et le climat permettent aisément les cultures, ont été très vite cause de sédentarisation. Il ne faut donc pas s’étonner que la France ait été le territoire préféré d’invasion des Celtes (tribus d’Europe centrale) pour devenir très vite le pays le plus peuplé d’Europe.
    Aux extrêmes opposés, les déserts et les terres bordant les calottes glacières ont toujours été des régions de nomadisme et de très faible peuplement.
    Le prochain billet développera comment, lorsqu’on a enfin de la nourriture, on l’accommode pour pouvoir la manger, voire transformer la nécessité en plaisir : ce sera la géographie (et l’histoire).

    • marion said

      wah classe … miam les confitures !
      si un jour cela vous intéresse je peux vous faire le parallèle avec l’évolution des plantes sous l’effet de la domestication par les hommes.
      Sur ce je vais préparer le repas, vous m’avez donné grand faim!

  14. Flow said

    Coucou !
    Un petit passage curiosité sur ton blog… et le sujet « mariage » m’intrigue 🙂

    Certes, tu écris tout ça sur le coup de l’exaspération, mais tu le fais avec les mots justes.
    L’aspect que je retiens le plus, c’est le mariage à l’église. Perso, n’étant pas croyante, mais respectant ceux qui le sont, je trouve ça vraiment déplacé de faire ce choix pour des raisons esthétiques.

    Ensuite, n’étant pas du tout dans l’optique immédiate de me marier ou d’avoir des enfants, tes points de vue m’ont un peu fait relativiser. N’étant pas très habituée au mariage, je suis maintenant rassurée de savoir que je ne suis pas condamnée à passer au buffet en fonction de mon signe astrologique en me tapant une musique criarde tout droit sortie des années 90, Jacky au micro !

    Également rassurée de savoir que les gens pensent au mariage (la vraie vie de couple, puis de famille etc…) plutôt qu’à la cérémonie.

    Beaucoup de traditions à la con aussi, mais une belle robe blanche, c’est tellement élégant ! (petits yeux qui brillent un peu… fleur bleue, sors de ce corps !) Même si on ne fait que passer par la case mairie, on peut être une princesse terre-à-terre, non ? ^^

    Je repasserai en tout cas !

    • Marie said

      Merci !
      C’est vrai, le truc du signe astrologique, j’avais oublié… Pour peu que le buffet soit chaud, si tu es bien élevé et veux que tout le monde soit servi avant de manger, les assiettes des premiers sont froides…

      J’ai remarqué récemment l’importance du DJ/MC/animateur. Je pense que c’est important de passer du temps à découvrir qui est cette personne qu’on engage, si on a des goûts communs ou au moins qu’on puisse le conduire à respecter les goûts des organisateurs… Pour un anniversaire, mes parents avaient fait appel à un animateur marrant, qui organisait des jeux, faisait des blagues parfois un peu sous la ceinture, mais ça passait parce que c’était une soirée détendue. Pour mon mariage ce serait hors de question.

      Bien sûr qu’on peut être une princesse terre-à-terre. Ou, en moins joyeux, une « Fallen Princess » de Dina Goldstein, tu les avais déjà vues ? http://www.dinagoldstein.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :