Chti problème

9 juin 2009

Mon amie A. (qui vient du Nord, donc oui, mon titre est un jeu de mot foireux) a un petit problème… Son chéri et elle ont décidé de se marier l’année prochaine et elle commence à réfléchir à l’organisation de l’événement. Seulement voilà, la famille d’A. est nombreuse, et recomposée : toute une tripotée de demi-frères, oncles, tantes, grands-parents, cousins, leurs conjoints et enfants respectifs, tout ce petit monde éparpillé entre le Nord et l’Alsace.

En se limitant au périmètre familial resserré classique (parents et beaux-parents, demi-frères, grands-parents, oncles, tantes et leurs conjoints, cousins, avec leurs enfants quand ils sont petits), elle arrive à… 136 personnes.

Ouch.

Quant à son fiancé, il est fils unique, ses parents ont chacun un frère qui n’est pas marié. Le même périmètre familial pour lui représente… 11 personnes.

Que faire ?

Pour le moment, elle réfléchit à organiser le mariage loin, par exemple à Tours où ils vont bientôt s’installer, ce qui dissuadera beaucoup de monde de venir… et permettra peut-être d’inviter aussi quelques amis, ce serait quand même sympa…

Vous feriez comment, vous ? Pour organiser le mariage, et pour le financer, parce que moitié-moitié pour les deux familles ce n’est pas franchement équitable là…

Publicités

16 Réponses to “Chti problème”

  1. Bellemerdixit said

    Vous ne dîtes pas s’il veulent d’une messe de mariage.

    Sinon, A. et son chéri peuvent aller se marier à Las Vegas. Cela ne leur coûtera pas plus cher que le moindre petit mariage (même à la salle des fêtes de Bergues – autre clin d’oeil aux chti’s) avec sa famille à tiroirs.

    Et dans le même temps ils font leur voyage de noces. D’une pierre, deux coups.

    Je suis certaine qu’ils trouveront sur place un professionnel de la vidéo qui leur fera un DVD à projeter au retour et surtout à montrer à leurs enfants.

    Quant aux deux familles, si elles veulent faire la fête pour leur mariage, elles pourront toujours, chacune de leur côté, organiser une fête avec leurs propres amis… avec projection de la vidéo du mariage, pourquoi pas ?

    Autre idée qui peut s’appliquer en cas de messe : faire un budget pour un mariage avec les deux cents (ou plus, c’est sans importance) invités et faire payer à chacun sa part du budget tout en les dispensant du cadeau. C’est dans ce cas que l’on voit l’utilité de cette tradition bourgeoise selon laquelle les invités remboursent leur part dans la réception par un cadeau de valeur identique.

    Avantage 1 : il n’y a plus aucune hypocrisie.
    Avantage 2 : on sait que les râleurs sont en réalité des pique assiettes,
    Avantage 3 : il n’y a plus aucun déséquilibre entre les familles
    Avantage 4 : cela n’empêchera pas certains de prendre la charge des membres de leur famille qu’ils veulent vraiment honorer ou qui sont moins fortunés ou encore qui sont trop nombreux…

    Avantage 5 : tout le monde est réuni sans que personne ne soit ruiné et cela permet tout de même une belle fête.

    Avantage 6 : tout le monde devrait s’inspirer de cette idée qui me parait aboutir à une excellent rapport qualité de fête/prix !

    Si tout cela ne suffit pas, dîtes-le, je ferai remuer mon neurone dans ma boîte crânienne pour trouver mieux.

    Ou pas.

    • Marie said

      Pourquoi pas, Vegas… En fait je ne sais pas s’ils veulent une messe. Faire payer à chacun sa part, dans ce cas, ça me semble bien aussi, en plus les familles comprendront bien quel est le problème et ne se vexeront pas, enfin je pense…

  2. Athénaïs said

    Pour mes parents c’était
    – les parents du marié payaient pour la famille du marié
    – les parents de la mariée payaient pour la famille de la mariée
    – les mariés payaient pour les amis

    • Marie said

      Effectivement, j’avais déjà entendu ça aussi. Cela étant, dans le cas présent, c’est un peu dur parce que la famille de la mariée, si elle est plus nombreuse, n’est pas plus riche pour autant…
      (Au fait, tu vas bien ? Comment va ton père ?)

    • Bellemerdixit said

      Le HIC dans ces cas là, c’est quand les fortunes ou les milieux ne sont pas identiques et que, par conséquents les choix spontanés ne sont pas les mêmes :
      – chateau ou salle des fêtes ?
      – orchestre ou DJ ?
      – homard ou gambas ?

      Et rien de cela n’est neutre au regard de l’idée que chacun de nous se fait d’une belle fête… ce qui fait que la solution au problème de la répartition des dépenses crée les problèmes de choix de dépenses … Il faut dire que les familles des fiancés, n’ont elles, aucune raison de tomber amoureuses l’une de l’autre.

      • Violaine said

        Peut-être ne suis-je pas assez romantique, mais un mariage où les deux conjoints ont des origines sociales et culturelles trop éloignées me paraît de toutes façons compromis.

        Dans le cas du mariage de ton amie A, ce qui me semble plus délicat que les questions d’argent, c’est que la famille du marié aura un peu de mal à être à l’aise. A sa place, j’opterai pour quelque chose de très resserré, en expliquant mes raisons à ma famille.

      • Marie said

        Je ne suis pas sûre pour les origines trop différentes, ça dépend probablement aussi de la volonté de chacun de faire des compromis, et pour ça je pense qu’il vaut mieux que les familles se connaissent un peu avant le mariage, ça évite les peurs et donc les préjugés. Dans ma famille en Alsace, ce qui fut rédhibitoire pour la génération de mes grands-parents, et dans une moindre mesure pour celle de mes parents, c’était quand les conjoints ne parlaient pas alsacien, ils se retrouvaient de fait exclus de la conversation, pas facile…

      • Marie said

        Pas faux… L’idée que chacun se fait d’une belle fête, j’aurais une sublime (ou pas) série de photos sur Facebook à vous montrer à ce sujet, rappelez-le moi la prochaine fois que nous nous verrons. J’ai trouvé une fille qui s’est VRAIMENT fait arracher sa jarretière avec les dents…

  3. Violaine said

    Un jour d’ennui dans les embouteillages parisiens, j’ai évoqué avec ma mère l’organisation de l’hypothétique mariage d’un de ses enfants. J’avais estimé le nombre d’invités « obligatoires » à une petite centaine (très très grande famille, les cousins du premier degré, ie, gens qu’on connaît et apprécie, sont déjà une bonne cinquantaine). Non, m’a-t-elle corrigé, « c’est évident que le jour où vous vous mariez », j’ai 150-200 invités.

    Ouch.

    • Marie said

      Oh pitié… Le pire, je trouve, c’est les enfants de grands patrons ou de hauts fonctionnaires qui doivent se taper tous les contacts pro de leurs parents à leur mariage, il y a un truc comme ça dans un épisode de West Wing, quand la fille de Bartlet se marie : la Maison Blanche met un veto à plein de ses amis, et lui impose à la place un monstrueux mariage avec plusieurs centaines d’ambassadeurs et de dignitaires divers qu’elle n’a jamais vus !

  4. Bellemerdixit said

    Mais la petit BARTLET a eu un mariage à la Maison blanche, avec l’orchestre, le service, les gardes etc. qui ne lui a rien coûté !

  5. Maud said

    Bonjour à toutes.

    Je me retrouve un peu dans les différents commentaires de chacune et voici mon sentiment (pour aider ton amie A)

    Comme Athénaïs, chacun payait « sa part ». Nos familles respectives « leurs invités » et nous nos amis.
    Comme tu l’évoquais plus haut Marie, j’ai effectivement eu les contacts pro de beau-papa (environ une centaine) mais finalement, le plus embêtant, ce sont les faire-part à leur envoyé, mais rassurez vous les filles, ces gens là ne viennent pas tous. Ils étaient invités au vin d’honneur seulement et ils étaient peu nombreux.

    Pour la famille recomposée aussi c’était mon cas. Là, ça dépend vraiment des relations que vous avez avec elle. D’un côté, j’avais tous les frères et soeurs, cousins, enfants… de l’autre le strict minimum (frère et soeur). ça dépend des parents.

    Tout ça pour en venir à ma conclusion. c’est VOTRE mariage les filles !
    Il doit donc d’abord VOUS plaire. Par expérience, définissez des règles (gentiment bien sûr…) avec vos parents. Et conservez les rênes de vos prestataires afin d’avoir le dernier mot (enfin… vous et votre futur mari). Ce qui vous permettra par exemple de trouver un compromis dans le choix du traiteur et dans ses prix (pour que le budget convienne à tout le monde) etc… Cela vous permettra SURTOUT d’avoir un mariage à votre image.

    Une bonne astuce, vous pouvez découper votre cérémonie en différentes parties. Certains ne viendront qu’au vin d’honneur, d’autre qu’au dessert (ça se fait aussi, c’était le cas pour mes collègues de travail). Récemment j’ai entendu aussi un mariage « complet » en Alsace et une 2e réception chez les parents du marié dans le nord justement (buffet et bonne humeur) un mois plus tard. Les invités étaient tout aussi ravis !

    Allez courage ! Il y a a pire… le plan de table 🙂

    Au fait Marie, je suis du nord aussi donc si ton amie à besoin, j’ai des bonnes adresses…

    • Marie said

      Seulement au dessert ? C’est original, ça me plairait bien en tant qu’invitée, je suis un bec sucré…
      Pas de plan de table pour nous, cocktail dînatoire ! Comme ça nous évitons les prises de tête !

  6. Leona said

    Bonjour,
    C’est mon premier commentaire sur ce site, que je découvre avec plaisir.
    Je vais bientôt me trouver dans la situation de votre amie du Nord, car mon fiancé étant étranger, nous allons devoir choisir entre
    1) organiser le mariage en France, et dans ce cas avoir un très gros déséquilibre entre ma liste d’invités (ma famille et mes amis… je compte au moins 60 personnes en me restreignant le plus possible) et la sienne (seulement ses parents, sa soeur, et quelques amis à lui)
    2) organiser le mariage dans son pays, avec le déséquilibre inverse (les billets d’avion et frais de séjour coûteraient trop chers pour que je puisse me permettre de faire venir à nos frais d’autres personnes que mes parents et mes témoins ! tandis que mon fiancé a une très grande famille…)
    3) ou troisième possibilité, faire la messe dans un pays et la mairie dans l’autre pays, pour essayer de voir tout le monde au moins à l’une des deux cérémonies, mais avec un coût encore plus élevé et des difficultés d’organisation supplémentaires.

    Je lirai donc avec plaisir les commentaires des autres internautes, car c’est pour moi le principal problème à régler !! 😉

    • Marie said

      Bienvenue !
      Ma meilleure amie vous donnerait sa propre idée sur la question : se marier juste entre témoins et envoyer un faire-part le lendemain « Julie et X. ont le plaisir de vous annoncer qu’ils se sont mariés hier » !
      Qu’en pensent vos familles respectives ?

  7. Violaine said

    J’ai plusieurs cousins qui ont vécu ça. Ils ont opté pour mariage dans un pays, avec minimum d’invités du conjoint qui n’en était pas, puis une deuxième réception dans l’autre pays! Le seul problème, c’est qu’à chaque fois l’un des deux peut se sentir un peu isolé, surtout s’il y a un problème de langue, et que tout le monde est venu voir à quoi il/elle ressemble, pas forcément agréable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :