Mon premier mariage juif

29 mai 2009

J’ai eu la chance d’être invitée, dimanche dernier, au mariage de la fille d’un ami de la famille de mon fiancé. Les organisateurs se reconnaîtront s’ils passent par là, merci à eux, c’était génial !

Pour situer un peu la chose : les mariés, O. et D., sont des jeunes gens de notre âge. Ils avaient invité environ 400 personnes, c’est franchement impressionnant. Et, comme ils sont juifs orthodoxes, il y avait quelques particularités, vestimentaires en particulier (pour les femmes, se couvrir les bras et porter une jupe au moins au genou, les femmes mariées se couvrent les cheveux ; pour les hommes, la kippa).

Le mariage avait lieu en plein air, sur une terrasse avec une vue sublime. Un dais nuptial avait été monté.

Voilà, un peu comme ça (c) yosefsilver

Voilà, un peu comme ça (c) yosefsilver

Le mariage avait lieu à la tombée du jour, c’était très bien calibré : la cérémonie a commencé alors qu’il faisait encore jour, et il faisait sombre quand elle s’est achevée. Le moment où la nuit tombe est considéré comme propice — et nous a offert un paysage sublime, accessoirement.

Le rabbin déplie la Ketoubah, le contrat de mariage, et la fait relire par les témoins. Ensuite, le fiancé, vêtu de blanc en signe de pureté, de royauté mais aussi de fragilité, revêt sa fiancée d’un voile de dentelle blanc offert par son père, puis son futur beau-père lui remet un châle de prière dont il se drape.

Le fiancé a enuite été escorté par une foule bondissante d’amis, qui chantait joyeusement,tous vêtus de pantalons noirs, et chemises blanches, jusqu’au dais. Les autres hommes de la noce suivaient. Les chanteurs sont ensuite retournés chercher la mariée et l’ont escortée de la même manière jusqu’au dais, suivis des femmes. Au passage, j’ai remarqué que les femmes étaient toutes vêtues de couleurs vives, qui tranchaient joyeusement avec les atours noirs et blancs des hommes. En effet, quand les hommes se sont mis à porter des costumes sombres au XIXe siècle, à la base c’était pour faire mieux ressortir les robes colorées des femmes. On a tout tué avec nos stupides « petites robes noires »…

Le dais était entouré de musiciens, qui se sont mis à jouer un air lent, langoureux, à l’arrivée de la mariée. Au bras de sa mère et sa future belle-mère, elle a fait sept fois le tour du dais, lentement, visiblement très émue — et le marié l’était au moins autant.

La suite est bien décrite par ce passage du Roman d’Odessa, par Michel Gurfinkiel* : « [Le rabbin] officie. Il bénit une coupe de vin puis prononce la bénédiction du mariage : « Béni sois-Tu, Eternel, notre Dieu et Roi du monde,  qui nous a sanctifiés par tes commandements et institué les lois gouvernant les unions entre hommes et femmes… » Il tend ensuite la coupe [au fiancé] puis à [la fiancée], qui soulève son voile pour boire. Le fiancé passe ensuite l’anneau à l’index de la fiancée. Le rabbin égrène, un à un, les mots que le fiancé doit alors prononcer : « Voici, tu m’es consacrée par cette bague, selon la Loi de Moïse et d’Israël ». [Le fiancé] les répète, un à un. »

Suivent sept bénédictions nuptiales prononcées par des notables — l’un d’entre eux avait visiblement du mal à déchiffrer l’hébreu… Puis le marié brise un verre (en souvenir de la destruction du temple de Jérusalem) et tout le monde crie « Mazel Tov ! »

Après… Contrairement à d’autres mariages auxquels j’ai pu assister, on a échappé au moment où chaque invité se sent obligé d’aller féliciter personnellement les mariés, heureusement, je trouve que ça ressemble beaucoup trop aux condoléances à la fin d’un enterrement.

Les mariés avaient choisi un service très ingénieux : nous étions placés à des tables rondes d’une dizaine de personnes (bien constituées, mon fiancé et moi avons écopé de voisins de table charmants et très intéressants), et les serveurs ont posé sur la table plusieurs plats, dans lesquels nous nous sommes servis comme des grands. Du coup, ce n’est pas trop formel, et nous avons pu manger ce que nous voulions, dans les quantités que nous voulions — eh oui, un mariage où on sort de table pas ballonné, ça existe ! En plus, c’était délicieux !

On a commencé à danser entre l’entrée et le plat. Mariage orthodoxe oblige, nous avons dansé séparés, les hommes et les femmes de part et d’autre d’un paravent. Le père de la mariée nous a expliqué que cela permet à chacun — et aux femmes en particulier — de se sentir plus libres, et donc de se lâcher plus. C’est peu de le dire… les danseuses dégagaient une énergie inouïe, c’était joyeux, on sautait dans tous les sens. Débutante que je suis, j’ai été vite fatiguée, mais il paraît que l’endurance vient avec la pratique, la soeur de la mariée m’a raconté qu’elle allait à 20 mariages par an en moyenne !

Voilà… que dire de plus ? C’est très difficile de raconter le mariage, c’était beau, c’était émouvant, et je ne sais pas retranscrire cette ambiance unique… Surtout, le mariage était complètement dépourvu des chichis qui m’énervent, les femmes coincées du c*l avec leur chapeau, les hommes engoncés dans leur cravate — eh oui, presque aucune cravate à l’horizon ! — le découpage cérémonieux de la pièce montée… Ne restait que l’essentiel : deux jeunes gens qui s’aiment, heureux de s’unir devant leur famille et leurs amis venus de partout et de fêter ça. J’espère que nous pourrons faire une cérémonie aussi belle.

(* Pour en apprendre plus sur les mariages juifs, je vous conseille ce livre, paru aux Editions du Rocher. On y trouve, entre autres, la description d’un mariage, mais aussi l’histoire de la ville d’Odessa par le biais des personnalités qui y ont vécu, notamment Jabotinsky, l’un des fondateurs du sionisme. Et le style de l’auteur vaut le coup à lui tout seul.)

Publicités

4 Réponses to “Mon premier mariage juif”

  1. Maud said

    s’il on pouvait noter ton article comme sur certains annuaires de blogs, je lui mettrais 5 étoiles ! Merci à toi d’avoir partagé cette belle expérience.

  2. la photo du dais est excellente !

  3. ittah said

    Très bel article sur les mariage juif orthodoxe sans jugements et en évitant les clichés brvo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :