Comment survivre à la saison des mariages quand on est con et pleurnichard

18 mai 2009

Digression : j’aimerais bien faire des titres d’articles qui soient sur ce même modèle « comment […] quand on est con et pleurnichard », un peu comme les « Celui qui » de Friends. Mais je n’ai pas assez d’imagination. Snif.

Autre digression : on dit « saison des mariages » comme on dit « saison des Assemblées Générales du CAC 40 », et maintenant que j’y réfléchis le rapprochement se justifie, les deux se ressemblent quand même beaucoup ! Les deux se passent à la même époque de l’année, les invités y subissent des discours lénifiants pendant plusieurs heures, à l’issue desquels ils se jettent sur le buffet pour se soûler et se goinfrer à l’œil, voire dragouiller, et on leur remet un petit cadeau (dragées, rapport annuel) à la fin. Au final le plus heureux, c’est le spécialiste d’événementiel qui a organisé la soirée et présente sa facture dodue.

Warren Buffett à lAG de Berkshire Hathaway (c) TEDizen

Warren Buffett à l'AG de Berkshire Hathaway (c) TEDizen

Ah si, il y a une différence en fait : dans les mariages, les actionnaires ne votent pas pour les membres du Conseil d’Administration. Remarquez, ça pourrait être drôle, mon fiancé m’a parlé d’un truc sur MySpace où les internautes pouvaient voter pour leur couple préféré parmi une dizaine, à la clef pour les gagnants un parfait mariage kitsch meringueux.

Bref. J’ai pris un verre avec mon fiancé et un ami hier, qui nous a raconté être allé récemment à une AG – où il a croisé un autre ami, les deux y étaient pour leur travail, le monde est petit. Des milliers d’hôtes et d’hôtesses, encore davantage d’actionnaires individuels, et apparemment le comportement de ces vieux croûtons messieurs dragueurs séniles n’a pas changé depuis ma dernière expérience de la chose. Pour un boulot moi aussi, je n’ai déjà pas de quoi payer mon propre mariage, alors acheter des actions…

Bon, en guise d’introduction c’est raté, en vingt lignes je ne suis toujours pas arrivée au sujet que je voulais aborder, à savoir les invités aux mariages.

Statistiquement, on est plus souvent dans la position de l’invité que dans celle du marié ou de la mariée – heureusement ou malheureusement, à vous de voir. Mais d’après ce que j’en sais, invité c’est quand même beaucoup plus tranquille, vous pouvez vous cacher dans un coin pour dévorer à loisir les victuailles que vous avez grappillées au buffet, vous pouvez draguer qui vous voulez, et même partir avant la sacro-sainte pièce montée.

En contrepartie, l’invité a quand même un certain nombre d’obligations – non, pas des obligations convertibles, des devoirs à accomplir. Etre invité c’est un droit, c’est aussi un devoir, comme le dit (presque) l’inscription sur la carte électorale. Et justement, le week-end des Européennes, mon fiancé et moi sommes invités au mariage de mon cousin. En fait, nous avons peu d’amis qui se marient (nous sommes à peu près les premiers), donc c’est un événement assez rare pour nous. Bon, c’est pas bien compliqué non plus d’être invité à un mariage, d’autant plus que sur ce coup-là c’est mon père qui conduira les mariés puisqu’il est l’heureux propriétaire d’une voiture ancienne, donc ça nous offrait le carton d’invitation de toute manière !

Ça doit figurer dans les manuels de la baronne Staffe, chère à la mère de mon fiancé, le cadeau de l’invité est censé représenter une valeur équivalente à celle de son couvert au repas de mariage. Evidemment, chacun donne selon ses moyens, suivant qu’il ait ou pas des stock options… De leur côté, les mariés dressent souvent une liste de mariage, de voyage, ou préfèrent recevoir de l’argent, ou encore demandent aux invités de faire des dons à une association. Des mariés bien élevés ne le mentionnent pas sur leur carton d’invitation, il faut leur demander l’option qu’ils auront retenue. S’il y a une liste, ce n’est pas juste pour faire joli, c’est pour éviter des cadeaux bien intentionnés mais qui tombent à plat, donc suivez la liste, même si elle est tarte. Qui sait, ils veulent peut-être vraiment cette soupière à fleu-fleurs, qui êtes-vous pour leur dénier ce droit fondamental ?

Les autres obligations des invités ne vont pas bien plus loin que ce que prévoient de toute manière la décence et les bonnes mœurs : porter une tenue décente (l’occasion annuelle de sortir la cravate de sa naphtaline), éviter de rouler une pelle à la mariée, ne pas faire sonner son portable à la messe, éviter de la ramener avec les statistiques du divorce… Et puis surtout, ne pas oublier : la mariée est belle. La mariée est toujours belle, elle est belle par destination puisque c’est le jour de son mariage, donc on la complimente, plein de fois. Oui oui, même maquillée comme un camion volé avec ces fleurs en tissu bizarres dans les cheveux…

Publicités

Une Réponse to “Comment survivre à la saison des mariages quand on est con et pleurnichard”

  1. Julie said

    Nan mais tu crois que je te laisserais sortir avec une tête de camion volé ? Ca va pas, non ? Et avec des fleurs en tissu bizarre dans les cheveux ? C’est hors de question !

    (oui, je sais, il est plus de 3h…. pas que je me sois réveillée en pleine nuit, non, je viens à peine de rentrer chez moi, et… euh… ben je sais pas, mais mon ordi était allumé, j’ai vu l’article, j’ai lu, je commente, na !) (bisous !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :